Rate this post

²

Pour  cette  année  2017 ,alors  même  que  les  autorités  religieuses  ont  déclaré  la  célébration  pour le   dimanche 25  à  l’instar des  coreligionnaires  du  monde  entier  dont  l’Arabie  Saoudite ,l’influence  de  certains  foyers  traditionnels  locaux  s’est  encore  une  fois  fait  sentir car  les  ressortissants  de  ces zones  ont  dans  leur  absolue  majorité  jugé  nécessaire  de  prolonger  leur  jeun de  24  heures pour  en  terminer  ce  lundi.

Les  pesanteurs  traditionnelles  sont  si  présentes  que  Abdoul  Goudoussy   partisan  du  lundi  exhibe  comme  argument  que  l’Arabie  Saoudite  et  la  Guinée  sont  situées sur  deux  continents  différents  qu’ils  ne peuvent  à  cet  effet pas   rompre  le  ramadan  le  même  jour  sans  savoir  que  le  décalage  horaire  est  si  minime  que  cette  argument  n’est   plus  valable  de  nos  jours.

Une  vieille  dame  dénommée  Thierno  Mariama Kesso fait elle, preuve  d’une  certaine  sagesse  en  prônant  que  chaque  individu puisse   librement choisir  sa  voie tout  en  sachant  qu’il  n’y  a  que  deux  voies : la bonne  et  la  mauvaise mais  tout  de  même  elle  a  opté  pour  le  respect  de  la  parole  des  autorités  religieuses .

Mamadou  Aliou  Diallo est   un  citoyen qui  tout  en  respectant  la  consigne  de  célébrer  la  fête  dimanche   s’est  aussi  lamenté  que  cette  désunion  prenne  pareilles   proportions  de  nos  jours  il  regrette  au  passage  que  des  détails  anodins  divisent   la  communauté  musulmane  foutanienne de  nos  jours.

Ayant  célébré  l’Aïd  Dimanche conformément  aux  recommandations  des  responsables  nationaux  du culte  Elhadj  Mamoyudou Diallo estime  que  la  taille  de la  lune  et  le  temps  qu’elle  est  restée  visible  dans  le  ciel dimanche soir   sonne  comme  une  preuve  irréfutable  que  ceux  qui ont  prolongé la  pénitence ont  eu  tort  de  le  faire .Ce matin  du  Lundi  la  file  de  véhicules  en  partance  pour  la  préfecture  de  Lelouma  était  importante .

Il  faut  noter que des  zones  comme  Labé  Dhepperé, Garambé  dans  le  voisinage  de  Labé  ou  encore  Zawia  ,  Koula  et  toutes  les  localités  rurales  de  Lelouma  excepté  la  ceinture  urbaine  célèbrent  la  fête  ce  lundi, il  en  est  de  même  pour  la  sous  préfecture  de  Timbi dans  la  préfecture  voisine  de  Pita. Ces dernières  années  cette  question  nodale  du  calendrier  cultuel  a  fait  naitre  un  certain  mépris des autorités  religieuses  par  les  foyers  islamiques  qui  souffrent  le  chaud  et  le  froid  envers  et  contre  tout le  monde.

                                                                                                                Ousmane  Koumanthio Tounkara

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here