orange guinee guicopres uba guinee votre

Labé- La carrière de Sable de Hakkou Thiandi : Un eldorado pour  les désespérés

La carrière de Hakkou Thiandi éloignée e la commune urbaine d’une dizaine de km et située  dans le quartier périurbain de Nadhel est depuis quelques années une véritable attraction pour des hommes issus de tous les secteurs d’activité et qui voudraient survivre à la galère dont les étudiants notamment en ces périodes où les cours sont en rade.

Ce n’est pas moins de 300 personnes qui s’attaquent quotidiennement à la mine et ses galeries dans un ouvrage et un courage qui feraient pâlir de jalousie  aux fourmis.

Aussi incroyable que cela puisse paraitre y travailler est une chance car les ouvriers sont choisis sur la base d’un sondage et après les personnes retenus sont catégorisées en deux : Une catégorie pour le forage et une autre pour le transport, avec la précision que le transport est payé deux fois plus cher que le forage.

Sur les lieux depuis 2015 John Haba  a expliqué :

« C’est très difficile, on rentre dans le trou on creuse en étant muni de pioches et de brouettes, quand les places s’achèvent ça signale et il y a aussi des spécialistes, s’ils te défendent d’entrer, il faut obéir… »

Etudiant, Jean Pierre Haba  est venu proposer sa  force de travail en ce temps où les cours  sont en rade, il est bien conscient du danger :

« On devrait avoir des casques de protection, des gants et des chaussures sécurisées et l’activité devrait être mécanisée ça aurait été plus rentable afin d’employer des jeunes.

Je suis là pour mes dépenses, je peux voir 130 brouettes par jour évaluées  à 130000 francs… »

Mamadou Aliou Sow est à la base un enseignant mais depuis 2008, il est l’un des nombreux exploitants de la carrière de Hakkou Thiandi, ce qu’il lui revient de faire est de creuser sur 7 mètres une galerie et trouver le bon sable, constituer son équipe et les équiper et s’acquitter de la taxe annuelle d’exploitation de 3 millions.

Il y a à peine un mois, un accident est survenu dans la carrière, les exploitants sont unanimes que pour des raisons de jeun ceux qui y sont restés sont venus de nuit exploiter et que depuis l’exploitation nocturne est interdite.

Pour le bilan à jour 10 morts ont été comptabilisés dans des éboulements survenus dans cette mine.

Aussi, il y a trois semaines des bisbilles ont éclaté entre  autorités communales et service des mines au sujet de la clé de répartition des taxes d’exploitation, un conseiller communal dénonçant que la commune n’entrait pas en possession de son dû alors que le service des mines détenait toutes les pièces comptables signées du receveur communal.

Ousmane K. Tounkara

Apropos Alpha Oumar Diallo

Alpha Oumar Diallo est journaliste de formation. Issu de l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), ce jeune pétri de talents et d'objectivité a travaillé dans de nombreuses rédactions en Guinée et a collaboré avec de médias étrangers. Passionné de l'écriture, il traite régulièrement des sujets d'actualité en toute impartialité et fait des analyses objectives.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »