Accueil A LA UNE Labé: hausse du prix de la volaille locale après la crise de...

Labé: hausse du prix de la volaille locale après la crise de pain et de viande

Alors que les lignes n’ont pas bougé dans le rapport de force bouchers/délégations spéciales et que les premiers font une fronde car l’autorité communale leur a interdit de vendre à plus de 30000 francs le kilo et a repris ses étals sauf ceux qui veulent se conformer à l’injonction.
Donc tous les bouchers exceptés un ont plié bagages.
En plus de vider les étals qui sont une propriété communale , les frondeurs sont aussi frappés d’interdiction d’abattre un animal dans tous les quartiers de la commune urbaine sous peine d’être trimballés en justice.
Cette situation a mis en pôle position les vendeurs de produits halieutiques et de volaille au point où des signaux de hausse commencent à se faire voir dans ces secteurs aussi.
Barry Assiatou vendeuse de poisson explique qu’au frigo, on conditionne l’obtention de poisson au panachage petits et gros sachant que le carton de petits poissons se prend à 350 ou 400000 contre 500 et 600000 pour le carton de gros poissons.
Une autre vendeuse de poisson estime qu’il n’y a aucune hausse au niveau du frigo et que même le prix au kilo est intacte mais elle dépend du choix de l’acheteur.
La volaille locale est plus prisée et plus savoureuse mais elle aussi son prix oscille au gré de la surenchère générale et les vendeurs parlent d’une éventuelle hausse du prix d’acquisition au départ et de celui du transport, si avant le poulet variait entre 20 et 40000 a prix de nos jours il faut compter de 50 à 60000 précisant qu cette folie s’est emparée du marché les jours d’avant l’ouverture du ramadan notamment avec l’affluence des cérémonies nuptiales .
Pour rappel depuis le début du ramadan, les crises se succèdent de manière incompréhensible, d’abord la crise du pain puis celle des légumes suivie de celle de la viande bovine avant celle actuelle de la volaille et du poisson. A ce rythme la Fête de Ramadan risque de poindre dans un contexte particulièrement difficile.
Ousmane K. Tounkara

AUCUN COMMENTAIRE