Rate this post

En cette fin de vacances trouver un véhicule d’emprunt pour voyager est devenu une épreuve à Labé. Les gares routières sont inondés de personnes désireuses de voyager alors que les véhicules d’emprunt sont rares. Mamadou Gando Bah tente de justifier les causes de   cette difficulté :

« les difficultés que nous rencontrons sont innombrables, d’abord la route est impraticable notamment dans l’intervalle Mamou-Linsan , aussi les services de sécurité nous fatiguent et érigent des barrages sur les portes les plus dégradées, quand tu refuses de céder à leur volonté de t’extorquer de l’argent , ils te poursuivent, si un camion tombe en panne il occupe parfois toute la chaussée et le manque de passage nous fait perdre assez de temps, à cela s’ajoute les embouteillages monstres »

Fatigué par deux jours d’attente ,Bobo Tangaly fulmine, un travail nocturne l’attendait en basse côte mais faute de taxi il devra excéder le délai imparti .

Dans la ferveur de ce vaste bazar nous avons aussi prêter l’ouïe à d’autres transporteurs qui estiment que la majeur partie des engins sont en panne ou en entretien faute de routes praticables voilà selon eux ce qui expliquerait le fait que la demande soit supérieure à l’offre.

Fatigués et découragés ,les citoyens en instance de voyage le sont certes mais ils continuent à faire le pied de grue dans les différentes gares qui se vident au compte gouttes toutefois.

Cette situation arrange certains racoleurs de clients que l’usage populaire appelle ‘’coxeurs’’ et les chauffeurs qui ne se font pas prier pour hausser le prix du transport des bagages.

Ce matin du mercredi encore l’atmosphère est intacte et la crise de taxis inter urbains se poursuit.

Ousmane Koumanthio Tounkara

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here