Hadja Aissatou Diouldé Diallo, Directrice préfectorale de l'éducation de Labé
Hadja Aissatou Diouldé Diallo, Directrice préfectorale de l'éducation de Labé

Invitée de  la  rédaction de  la radio Espace Fouta  la semaine  dernière, Hadja Aissatou  Diouldé Diallo, DPE  de Labé, en  a  profité  pour aborder  certaines  questions essentielles  de  son  administration notamment les  mesures  prises  pour  remédier  au  GAP laissé  par  les  longues  grèves ou l’effectif  des élèves  dans  les  différentes  classes  d’examen.

Selon la  directrice  préfectorale  de  l’éducation, le  GAP né de la  longue  période  de  grève  n’est  pas  aussi vaste qu’un  œil  extérieur  pouvait  croire et pour elle ,  refaire  le  retard a nécessité une  batterie  de  dont :

  • Suppression des congés de  Pâques
  • Suppression des  jours fériés
  • Instauration des  sessions  de  rattrapage  les  jeudis et  samedis

Sur 89,66% des cours  prévus  à l’élémentaire 87,21% ont  été réalisés et 2,45% restaient  à résorber  à la  semaine  du 15 mai 2019.

Au  secondaire  sur 90,32%, 88,40% ont  été réalisés contre 1,92% à faire d’ici  la  date butoir  du 30 juin incluse.

En  ce  qui concerne l’effectif  es  candidats  aux  différents  examens Hadja Aissatou Diouldé Diallo dans  une minutieuse maitrise  de ses  chiffres est  allée  au  détail .

Ainsi pour  l’élémentaire le  nombre exacte  d’inscrits est de :

5560 candidats dont 3514 filles.

Pris par type  d’enseignement, ce  résultat se  réparti ainsi  qu’il  suit :

Enseignement général : 6313 inscrits pour  3381 filles  répartis dans  30 centres

Franco Arabe : 247 inscrits, 133 filles  répartis  dans  7 centres

Pour le BEPC, il y a la même  catégorisation avec  une  forte  dominante  de  l’enseignement  général qui  occupe  13 des 14 centres  affectés.

Des 3432 inscrits, 1924 sont  des  filles, au Franco Arabe sur 96 inscrits,46 sont  des  filles, ce  qui cumulé donne un  effectif  global de  3528 inscrits  pour 1970 filles.

Si le  baccalauréat n’échappe pas  non  plus à cette  catégorisation, il  faut  toutefois  faire  avec ses  trois  profils  habituels :

En  sciences expérimentales, sur 365 inscrits, 154 sont  des  filles.

En sciences  mathématiques les chiffres  gonflent  un  peu  plus avec  397 inscrits pour  152 filles.

Dans  ce lot, la  part  du lion  revient  au  profil sciences sociales avec  ses729 inscrits pour 301 filles .Ce qui donne un  total global de 1813 inscrits  pour 735 filles.