Le manque d’eau dans les foyers n’est plus un commentaire. Les citoyens de cette ville tirent le diable par la queue pour s’approvisionner en eau potable. Les quartiers sont frappés par le même fouet. Les paisibles citoyens crient en longueur de la journée   pour le manque criard de cette denrée. Le Directeur régional de la SEG de Kindia soutient que c’est le niveau d’eau qui ne permet pas aux deux stations de pompage de servir toutes localités.
La fontaine d’eau de Koukou est prise d’assaut par les habitants de la ville de légumes chaque moment qui passe. Venu des quartiers différents, chacun dispose des récipients (bidon, sceau…) pour s’approvisionner en eau. Des cris pour être le premier à remplir son réceptacle, sont les quotidiens de ces femmes qui se réveillent nuitamment pour être au rendez-vous à Koukou. Les robinets sont toujours à sec. « Pour se laver à Kolia en ce moment-là, il faut que tu mesures l’eau. Tout ce que tu feras avec l’eau c’est avec beaucoup d’attention.   On est même obligé de diminuer nos activités avec ce liquide par ce qu’on est en manque total. Cette réalité ne concerne pas un seul quartier. C’est tout le monde qui pleure », a déploré Aissata Diallo habitante à Kolia sorti à la quête de l’eau.
Les habitants de Kindia ont l’habitude de se plaindre du manque d’eau. Mais cette fois-ci, la crise commence à inquiéter tout le monde. Si hier on parlait d’un ou de deux quartiers, aujourd’hui la liste s’allonge. Sinanya, Ferefou, Condetta, manquepas pour ne citer que ceux-ci, traversent un véritable calvaire pour se trouver de l’eau dans les foyers. Selon le Directeur régional de la SEG de Kindia, c’est le niveau d’eau qui est à la base de la souffrance des Kindia ka. « À l’heure-là on tourne avec une seule pompe. Dans les conditions normales c’est deux pompes. Avec la déforestation, le fleuve a tari. Pour remédier à ces tares, une équipe est en train de faire le gradage pour voir si les deux pompes de recouvrement peuvent tourner. C’est dans ces jours ci seulement que ce problème s’est posé. Sinon, on servait normalement nos clients. Et d’ailleurs, cette situation c’est au niveau de la station de pompage qui se trouve à kilissi à 15km »s’est-il défendu.
Pour se trouver de l’eau, certains déplacent même des véhicules qu’ils chargent avec des bidons remplis de ce liquide précieux.
                                   Abdoulaye Bangoura pour Aminata.com