Kindia : l’identification biométrique des fonctionnaires débute ce Lundi.

Pour l’identification des fonctionnaires et des contractuels de l’Etat, une séance d’enrôlement additionnel des enseignants a débuté ce lundi 23 avril 2018 dans la Préfecture de Kindia. Pour une durée de deux jours,  ces enseignants venus des différentes DSE, DPE mais aussi de l’université, auront  à la fin de cette opération, une fiche d’enrôlement qui suit la carrière jusqu’à la retraite.

Cette opération est   une reconnaissance des enseignants au compte du ministère de la fonction publique et de la réforme de l’Etat et de la modernisation de l’administration. Interrogé, le chef de division ressource humaine de la Préfecture, Aliou Boké Barry, indique que ces fonctionnaires de l’Etat ont déjà été identifié. Mais ils n’étaient  pas dans la base des données de la fonction publique.

« Ils viennent pour la confirmation et la consolidation du matricule. Cet enrôlement, c’est pour identifier les fonctionnaires. Celui qui n’est pas enrôlé n’est pas fonctionnaire. Et celui qui n’a pas de matricule n’a pas d’enrôlement », A-t-il indiqué avant de signaler que cette opération vise les enseignants qui se retrouvent dans trois cas.

«Les cas des enseignants engagés récemment et ceux de 2014 qui n’étaient pas recensé. Il y a des gens qui ont été identifiés et qui sont mis dans la base mais qui n’avaient pas reçu des fiches d’enrôlement.  Il y a aussi cette dernière catégorie qui a été engagée mais qui n’a reçu que des fiches d’identification de la fonction publique qu’on appelle fiche d’identification physique », poursuit-il.

Pour cette identification biométrique des fonctionnaires et de contractuel de l’Etat, les enseignants doivent déposer un certain nombre de dossiers. A en croire ce cadre de la Préfecture de Kindia, le dépôt au complet de ces documents demandés permettra aux opérateurs de mieux exercer leur travail.

« Nous avons l’arrêté d’engagement, la photocopie de la carte d’identité, l’acte de naissance, l’acte d’affectation, et le certificat de prise de service », conclut le chef de division ressource humaine à la Préfecture.

De leur côté, les enseignants se réjouissent de cette opération qui s’inscrit en droite ligne, la lutte contre les fonctionnaires fictifs. C’est le cas d’Aboubacar marcel Sacko professeur de mathématique au collège Fissa qui apprécie cette idée du ministère de la fonction publique.

« C’est quelque chose qui est très important non seulement pour nous les enseignants mais aussi pour le gouvernement. Ça permettra au ministère de la fonction publique d’avoir une idée sur l’effectif des fonctionnaires. Les conditions ne sont pas si nombreuses », se réjouit-il.

Cette opération d’enrôlement additionnel des fonctionnaires et contractuels de l’Etat, s’étendra sur une période de deux jours dans la cité des légumes.

 Abdoulaye Bangoura, correspondant d’aminata.com