Mamadou Samba Sow, porte-parole des victimes de Kaporo rails lors d'une conférence de presse
Mamadou Samba Sow, porte-parole des victimes de Kaporo rails lors d'une conférence de presse

Dans une déclaration en date de ce samedi 18 mai 2019, le collectif des déguerpis de Kaporo rails, Kipé 2 et Dimesse ont vigoureusement dénoncé et condamné une volonté du gouvernement guinéen de vendre les domaines “spoliés” aux citoyens à des sociétés privées.

“Le collectif des victimes du déguerpissement de Kaporo rails, Kipé 2 et Dimesse porte à la connaissance de l’opinion nationale et internationale que le gouvernement guinéen est en voie de céder les domaines spoliés aux citoyens à des multinationales et des sociétés privées. Selon des informations en notre possession, la société de téléphonie mobile Orange Guinée est en tête de la liste. D’autres entreprises comme Emirates, des multinationales Turques, Guicopress et Total sont sur le point de s’installer sur la zone sinistrée. Depuis quelques jours, des chinois font le tour de la zone dans le but d’occuper les espaces “libérés”. Le patron de Prima Center aurait payé plusieurs milliards de francs guinéens pour procéder à l’extension de son centre commercial”, peut-on lire dans cette déclaration.

Le collectif des victimes du déguerpissement, invite les différentes entreprises citées à mettre fin à leur mutisme sur cette question.

“Pour ce qui est du cas d’orange Guinée, le ministre de la ville Ibrahima Kourouma a déclaré à Enta devant les médias ce qui suit: ”C’est vrai que les choses évoluent avec eux. Mais on a été très clair avec Orange. Nous déguerpissons les populations et le même mois les travaux doivent commencer. Donc, il faut que les gens comprennent qu’on ne va pas faire des déguerpissements pour laisser les places libres.” fin de citation ! Si Orange Guinée matérialise ce deal avec le pouvoir guinéen, nous demanderons aux 19 mille 219 victimes de la casse et tous leurs sympathisants de mettre leurs puces dans les poubelles car on ne peut pas enrichir ceux qui ont contribué à nous appauvrir. En plus, nous engagerons des poursuites judiciaires contre toutes les entreprises qui investiront sur nos domaines”, ont-ils promis.

Et de conclure: “Dans cette course folle à l’accaparement de cette zone, des ambassades sont également citées. C’est le cas de l’Iran, des Emirats Arabes Unis, du Brésil, du Vatican, du Nigéria, du Liban. À ces ambassades, il faut ajouter les futurs bureaux du système des nations unies. Investir sur les ruines de Kaporo rails, Kipé 2 et Dimesse, c’est s’engager dans une longue et coûteuse procédure judiciaire qu’il faut éviter à tout prix car tôt ou tard justice sera rendue”.

Mamadou Aliou Barry pour Aminata.com

(+224) 622 304 942