Rate this post

Albert Datantang Camara, ministre de l’enseignement technique, de la formation professionnelle et de l’emploi jeune en même temps porte parole du gouvernement guinéen nie toute responsabilité sur la suspension de la radio Espace FM et de ses relais à l’intérieur du pays.

La Haute Autorité de Communication (HAC) a suspendu le 2 novembre dernier  la radio Espace FM et de ses relais à l’intérieur du pays. Cette station est accuse d’avoir violé le respect des règles du métier. Depuis cette décision de l’institution dirigée par Martine Condé, des folles rumeurs accusent Albert Damantang Camara d’être à la base de cette suspension. Pour se défendre, il était ce samedi 11 novembre 2017 par téléphone dans l’émission « les grands débats » à la radio Tamata Fm.

« Je crois que c’est un problème d’intention basé  sur des informations erronées. C’est dommage surtout parce qu’on peut avoir un certain nombre de choses, mais si on se trompe ici jusqu’à accuser une équipe qui n’a rien à avoir avec vos malheurs, vous risquez de perdre la raison. Je n’ai pas la volonté de fermer une Radio. Ça, on n’est pas obligé de me croire mais ce qui est sûr, ce que je n’ai pas le pouvoir de le faire », a-t-il démenti.

Il a poursuivi son intervention en démontrant que cela est impossible quelque soit les fonctions qu’il occupe dans le gouvernement. « Que ça soit par mes fonctions, par la loi saisie, il y a des instances chargées de régulariser les médias. Les fermer si elles ne fonctionnent pas en respectant les règles, elles sont les seules capable de le faire. Donc si l’attention se concentre sur moi comme étant celui qui est responsable de ça, le jour où une radio sera fermée, personne  n’aura l’occasion et les moyens de la faire revenir parce que ça ne sera pas moi qui serai capable de le faire », a averti le porte-parole du gouvernement.

Dans la même lancé, il a insisté sur l’intérêt de ce qu’on lui reproche. « Donc je m’intéresse un peu sur ce qui  a pu amener  un certains nombres de médias et notamment à celui dont vous parlez à penser que je suis à la base de cette fermeture. Je pense qu’on est tous des professionnels, et qu’on est capable d’analyser la situation et d’en tirer les conclusions, je n’ai absolument rien à avoir avec la suspension d’Espace fm ».

Par ailleurs, le ministre a été interrogé de savoir s’il a avoir avec des jeunes qui passent leur temps sur les réseaux pour insulter les journalistes, pensant qu’ils sont en train de défendre les intérêts du pouvoir en place.

Il a d’abord rappelé qu’il est le responsable de la communication du gouvernement depuis 2014. Ensuite il a ajouté qu’il a une équipe en place qui se bat pour défendre la position du gouvernement. « Il y a aussi un certains nombres de structures de la mouvance présidentielle qui font également de la communication, notamment sur les réseaux sociaux qui ont leur ligne éditoriale et qui se battent pour la cause de la mouvance présidentielle. Je ne les contrôle pas, ils ne sont pas salariés de la cellule de communication du gouvernement, mais nous avons des axes de collaboration. Et lorsqu’ils ont un sujet qui concerne le gouvernement, je les donne mon avis. Et souvent c’est des arguments techniques,  juridiques, administratifs ou politiques pour défendre les positions du gouvernement. Je ne vois pas en quoi cela doit pouvoir étonner, c’est quand même le droit le plus absolu étant membre d’une mouvance de pouvoir mobiliser une communication en faveur, mais ce n’est pas personnel. C’est tout à fait institutionnel. Je ne vois pas comment on peut me reprocher de défendre le gouvernement. C’est quand même  un problème d’intention qui me semble un peu exagérer », a expliqué Albert Damantang Camara.

Ibrahima Sory Barry pour Aminata.com

Tel : (+224) 620 10 70 71

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here