La Branche guinéenne du Réseau Ouest Africain pour l’Edification de la Paix (WANEP) a organisé, les 11 et 12 mars 2019 à Conakry, une session de mise à niveau de ses moniteurs communautaires dans le cadre de l’opérationnalisation du système national d’alerte précoce et de réponse rapide en République de Guinée.

A cette occasion, notre rédaction a rencontré le Coordinateur National du réseau en Guinée, Monsieur François Fadoua TOLNO pour comprendre les activités de cette branche dans notre pays. Lisez…

Aminata.com : M. le Coordinateur, qu’est-ce qu’un moniteur ?

François Fadoua TOLNO : Un moniteur est une personne bénévole qui surveille tous faits ou situations susceptibles d’entacher la solidarité et la cohésion sociale dans sa communauté, afin d’en informer WANEP et ses partenaires. Mais, il doit aussi nous rapporter tous les faits qui concourent à renforcer la paix et la cohésion sociale dans cette localité.

Comment sont-ils recrutés ?

Les moniteurs sont recrutés sur la base de leur engagement pour la Paix, de leur bonne volonté, de leur intégrité et de leur impartialité dans la collecte et la remontée des informations. La pertinence et la fiabilité des informations qu’ils font remonter à WANEP, permettent d’apprécier leur travail sur le terrain. Donc, ils doivent être aussi disponibles et militer pour la cause de la paix et du développement de leurs communautés respectives.

Comment est-ce qu’ils collectent les informations sur le terrain ?

Nous avons des moniteurs régionaux, préfectoraux et une monitrice nationale. Chaque moniteur est responsable de sa zone d’intervention. Par exemple, les moniteurs préfectoraux reçoivent des appels téléphoniques de façon régulière et quotidienne des moniteurs régionaux, pour le recueil des données. Ces données sont traitées et analysées par chaque moniteur régional, avant soumission dans le système www.wanep.org/news et/ou transmission à la monitrice nationale. Le traitement consiste à collecter le maximum de données pour avoir l’information exacte.

Plusieurs données par jour, mois et année. Quels ont été l’impact des informations de vos moniteurs et quelle est la couverture actuelle en matière de moniteurs ?

A date, WANEP-Guinée dispose de 28 moniteurs dont 8 femmes répartis sur l’ensemble du territoire. Au cours de l’année 2018, plusieurs situations ont été signalées par nos moniteurs, ces informations transmises en temps réel, ont permis de faire des recommandations aux autorités et aux autres acteurs de réponse en vue de la prise de décision.

On peut citer notamment les manifestations politiques et sociales, la grève des enseignants et élèves à Conakry et à l’intérieur du pays, les accidents de circulation, les conflits fonciers et domaniaux, les cas d’incendies et d’éboulements de terrain etc.

Toutes ces situations qui ont eu une incidence sur la vie des populations ont pu être suivies grâce aux informations relayées en temps réel par les moniteurs.

Vous dites que les moniteurs sont des bénévoles, comment sont-ils récompensés ?

Je voudrais saluer d’entrée de jeu l’engagement, le civisme et la générosité de nos moniteurs. Je les félicite pour leur contribution importante au fonctionnement du mécanisme que nous avons mis en place depuis 2012, mais surtout pour leur participation à la consolidation de la paix et au renforcement de la cohésion sociale en Guinée. Les moniteurs jouent un rôle important dans le dispositif d’alerte précoce et de réponse rapide, et la meilleure rémunération pour eux reste la paix, la quiétude qu’ils parviennent à assurer dans leur communauté.

Nous ne pouvons pas les rémunérer, non seulement, parce que nous n’avons pas les ressources nécessaires, mais aussi parce que la cohésion sociale doit être la préoccupation de tous comme ils l’ont d’ailleurs pour la plupart bien compris. En réalité la remontée des informations favorise un traitement et un suivi en vue de la résolution des problèmes ; ce qui permet d’améliorer les conditions de vie des populations et de renforcer la solidarité et la cohésion sociale entre les différentes composantes de la société. Cependant, les moniteurs les plus dévoués reçoivent souvent, quelques motivations de notre part et nous assurons de façon continue le renforcement de leurs capacités sur des thématiques liées à la sécurité humaine, l’alerte précoce et les techniques de collecte et d’analyse d’informations sécuritaires.

La pérennisation de notre système demande un engagement citoyen de tous, pour assurer durablement et efficacement le renforcement de la solidarité et de la cohésion sociale. Nous invitons donc tous les citoyens épris de paix à participer activement à rendre opérationnel ce système.

Propos recueillis par Oumar M’Böh pour Aminata.com

622 624 545/666 369 744

mbooumar@gmail.com