A LA UNENouvelles des Regions

Installations des conseils communaux : des manifestations signalées à Banora

L’installation des conseillers communaux continue de faire des violences dans certaines communes rurales à l’intérieur du pays. Après les violences qu’a enregistrées la ville de Kindia, c’est Banora une des sous-préfectures de Dinguiraye d’être secouée par des manifestations ce mercredi 17 octobre 2018.

Selon nos informations, l’installation des certains conseillers préalablement prévue hier mardi a été reportée pour ce mercredi à cause des dissidents de la liste du RPG arc en ciel qui ne souhaitent plus que l’ancien maire soit réélu à la tête de la Mairie de Banora. Ce dernier aurait fait 13 ans de gestion.

« Hier, les autorités préfectorales voulaient imposer Hassana Barry à la tête de la Mairie, mais vu les tensions, les délégués du Préfet sont repartis à Dinguiraye. C’est ce mercredi que le Préfet, le Lieutenant-Colonel Mamadou Lamarana Diallo, lui-même est venu avec des gendarmes et procéder par la force à l’installation des conseillers communaux. D’abord, il a ordonné l’arrestation de quatre conseillers du RPG arc en ciel qui sont : Madany Sacko, Oumar Barry, Sory Oularé et Ibrahima Diawara, ils ont la ferme décision de voter contre leur parti si c’est Hassana Barry qui est présenté candidat », a témoigné un jeune leader sous l’anonymat.

A LIRE =>  Le groupe Bolloré prêt à sortir d’Afrique

Aux dernières nouvelles : « la manifestation des citoyens a permis la libération de ces conseillers, mais les autorités préfectorales tiennent coute que coute à imposer Hassana Barry quel que soit le prix », a-t-il alerté.

A rappeler que depuis que la mise en place des conseillers communaux a été annoncée, la tension entre les 13 conseillers du RPG Arc-en-ciel de la commune rurale de BANORA ne fait que monter.

Nous avons tenté de joindre à plusieurs reprises le Préfet de Dinguiraye mais en vain.

Les citoyens de Dinguiraye ont en mémoire encore, les violences survenues à Kalinko après le vote du 4 février dernier.

Si rien n’est fait, on risque d’enregistrer d’autres victimes. Il est temps donc d’agir.

Oumar M’Böh pour Aminata.com

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »
Enable Notifications    OK No thanks