orangeguinee > guicopresse

UBA Guinée

Installations des conseils communaux : des manifestations signalées à Banora

L’installation des conseillers communaux continue de faire des violences dans certaines communes rurales à l’intérieur du pays. Après les violences qu’a enregistrées la ville de Kindia, c’est Banora une des sous-préfectures de Dinguiraye d’être secouée par des manifestations ce mercredi 17 octobre 2018.

Selon nos informations, l’installation des certains conseillers préalablement prévue hier mardi a été reportée pour ce mercredi à cause des dissidents de la liste du RPG arc en ciel qui ne souhaitent plus que l’ancien maire soit réélu à la tête de la Mairie de Banora. Ce dernier aurait fait 13 ans de gestion.

« Hier, les autorités préfectorales voulaient imposer Hassana Barry à la tête de la Mairie, mais vu les tensions, les délégués du Préfet sont repartis à Dinguiraye. C’est ce mercredi que le Préfet, le Lieutenant-Colonel Mamadou Lamarana Diallo, lui-même est venu avec des gendarmes et procéder par la force à l’installation des conseillers communaux. D’abord, il a ordonné l’arrestation de quatre conseillers du RPG arc en ciel qui sont : Madany Sacko, Oumar Barry, Sory Oularé et Ibrahima Diawara, ils ont la ferme décision de voter contre leur parti si c’est Hassana Barry qui est présenté candidat », a témoigné un jeune leader sous l’anonymat.

A LIRE =>  MEN-A : le processus de vérification d’identité et de la prise des empreintes se poursuit.

Aux dernières nouvelles : « la manifestation des citoyens a permis la libération de ces conseillers, mais les autorités préfectorales tiennent coute que coute à imposer Hassana Barry quel que soit le prix », a-t-il alerté.

A rappeler que depuis que la mise en place des conseillers communaux a été annoncée, la tension entre les 13 conseillers du RPG Arc-en-ciel de la commune rurale de BANORA ne fait que monter.

Nous avons tenté de joindre à plusieurs reprises le Préfet de Dinguiraye mais en vain.

Les citoyens de Dinguiraye ont en mémoire encore, les violences survenues à Kalinko après le vote du 4 février dernier.

Si rien n’est fait, on risque d’enregistrer d’autres victimes. Il est temps donc d’agir.

Oumar M’Böh pour Aminata.com

Share and Enjoy !

Shares

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »