A LA UNEPolitique

Honorable Ben Youssouf Keita: «je demande à nos amis politiques de se ressaisir et au CNRD de savoir faire un pas vers eux »

Dans un communiqué lu sur les ondes de la radio télévision guinéenne RTG, le CNRD à travers Colonel Mamadi Doumbouya son Président, a pris acte de la décision du CNT relative à la validation des 36 mois comme durée de la transition. Depuis lors, quelques responsables politiques et de la société civile guinéenne n’ont pas cessé de hausser le ton pour s’opposer à cette décision, d’où l’annonce des séries de manifestations de rue. Là dessus, Honorable Ben Youssouf Keita, président du parti ACP, entendue par Alliance pour le Changement et le Progrès, ne souscrit pas à cette ligne, puisque pour lui, la majorité des manifestations organisées en Guinée depuis 2009 n’ont jamais été pacifiques.

À l’image de certains leaders comme Lansana Kouyaté, Dr Faya Millimouno et autres, Honorable Ben Youssouf Keita aussi ne s’inscrit pas dans cette logique qui consiste à braver les rues pour se faire entendre. Au nom de sa formation politique, ce médecin de profession a estimé qu’en période exceptionnelle, c’est seul le dialogue qui reste et demeure un élément incontournable entre la junte et l’ensemble des forces vives. C’est pourquoi il a profité de notre micro pour lancer un message fort, non seulement aux politiques, mais au CNRD également.

« Notre parti n’est pas dans l’esprit de ceux-là qui veulent manifester. C’est pourquoi nous demandons humblement à nos compatriotes et responsables des partis politiques qui désirent encore descendre dans les rues de ne pas le faire. Nous les exhortons à penser à cette population en majorité urbaine, car une nation c’est comme un être humain. Si la tête est touchée, c’est tout le corps qui ressent. Au CNRD, de savoir faire le pas vers ceux qui sont encore fermes sur leur position. Ce sont les forts qui doivent faire des efforts et qui doivent céder et pas le contraire. Aujourd’hui c’est le CNRD qui est fort face aux politiques», a-t-il lancé.

A LIRE =>  Actualité guinéenne, résumé de la journée du Jeudi, 12 mai 2022 :

Dès le coup d’État perpétré le 05 septembre 2021 par les militaires formulés autour du Comité National pour le Rassemblement et le Développement CNRD, un discours a été prononcé par leur leader, le Colonel Mamadi Doumbouya. Dans sa communication, il a fait savoir au peuple de Guinée que la prise du pouvoir par la junte s’inscrivait dans le cadre de garantir des libertés et droits fondamentaux piétinés par le RPG Arc-En-Ciel, ancien parti au pouvoir. Mais aussi et surtout, la division des filles et fils du pays qui ne regardaient plus dans la même direction. Avec la prise de cette décision interdisant toute manifestation dans des lieux publics, d’aucuns pensent déjà que les nouvelles autorités sont dans une totale contradiction et pourraient tout de même violées ces mêmes principes qu’elles défendent. Cependant, Ben Youssouf, l’un des anciens responsables du parti UFDG, a pensé que lorsqu’une manifestation ne fait pas cas aux conditions édictées par la loi, peut être interdite.

« Quand nous voyons même le préambule de la charte de la transition, elle répond aux aspirations de celui des Nations Unies, de l’Union Africaine et de la CEDEAO. C’est-à-dire, garantir la liberté et les droits fondamentaux, telle que la liberté d’expression et d’opinion, le droit de manifester dans les conditions édictées par la loi. Quand nous prenons l’article 33 de cette même charte, il est indiqué que toutes activités politique y compris celle qui concerne l’expression du suffrage, doivent s’exercer dans les conditions fixées par la loi. Alors, peut-être que les manifestations dans les lieux publics ne conviennent pas au CNRD. Ils se basent certainement sur une loi qui permet de l’interdire, en disant aux politiques de s’arrêter au niveau de leurs sièges. Face à cela, il revient aux juristes de nous édifier sur cette question, eux qui sont mieux placés. Mais en tant que parti politique qui est dans l’esprit de ceux qui nous dirigent aujourd’hui, puisqu’ils font le bon boulot à 90%, devons accepter cette transition limitée à 36 mois, ce qui n’a pas été le cas pour les deux précédentes que la Guinée a connu », a-t-il voulu.

A LIRE =>  Labé_ Le recyclage d'une ncienne ministre d'Alpha Condé par la junte divise l'opinion

Témoin de l’histoire démocratique de la Guinée de 2007 à 2021, Honorable Ben Youssouf dit avoir subi assez de dommages. C’est pourquoi il demande à toutes les parties prenantes de privilégier le dialogue afin d’éviter les erreurs du passé.

« J’implore la compréhension de nos compatriotes de tout bord confondu, d’accepter ce délai de 36 mois, car on avait déjà accepté malgré nous, les 6 années de la gouvernement d’Alpha Condé. Nous devons donc faire un effort en accordant un bénéfice de doute au CNRD de respecter leur parole donnée, pour qu’au terme nous assistons à l’organisation d’élections libres, transparentes crédibles et acceptées de tous», a-t-il conclu.

Sâa Robert KOUNDOUNO

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Centre de préférences de confidentialité

Necessary

Advertising

Analytics

Other

Translate »