A LA UNEEducation

Guinée: pour une rentrée des classes réussie, le SNE fait des propositions aux nouvelles autorités

Michel Pépé Balamou secrétaire général du syndicat national de l’éducation

À  neuf jours de la fin du mois de septembre, le syndicat national de l’éducation (SNE)  constate qu’aucune date  n’a été  fixée pour la rentrée  des classes  et pense que techniquement  il va falloir remplir  un minimum  de préalables   envue d’une entrée scolaire apaisée et réussie.

« Le budget  de l’ouverture  des classes doit être  disponible un mois avant la date de la rentrée ; La dotation  des enseignants  en matériels  didactiques; Le paiement de la prime de documentation  et de recherche; Le paiement  du troisième  mois d’arriérés de prime d’incitation  (décembre  2020) et le rétablissement  d’enseignants et encadreurs  qui ne bénéficient de cette prime d’incitation dans leur droit; Le recrutement  d’enseignants  pour combler le déficit  de 18000 enseignants  alors que  11000 enseignants  communautaires  et bénévoles  attendent  d’être  engagés  à  la fonction publique et des écoles sont fermées  par manque d’enseignants; Le paiement  du budget de fonctionnement  des structures  deconcentrees du MEN-A  ( IRE/DCE/DPE/ DSEE) impayé  depuis 2019; L’orientation  des bacheliers  de la session 2021 et la délivrance des diplômes  des bacheliers  des sessions  2020 et 2021; L’organisation  des concours d’accès  aux écoles professionnelles; 

La dotation  des écoles  en tables blancs qui en manquent  énormément; La formation  des formateurs  sur les techniques  d’élaboration  des fiches  de leçon,  de répartition  de programme, bref des documents pédagogiques, de la formulation  des items, des évaluations  formative et sommative« , constituent entre autres, les préalables pour une rentrée des classes réussie selon cette structure syndicale. 

A LIRE =>  Transition en Guinée, résumé de la journée du mardi 12 octobre 2021

Pour le SNE, il est techniquement impossible d’ouvrir  des salles de classe sans que ces préalables  soient remplis. 

« Le faire , dans les conditions  actuelles  c’est  tourner en rond comme pour paraphraser Albert Einstein, la folie,  c’est faire la même,  dans les mêmes conditions  et s’attendre à des résultats  différents. Enfin, nous invitons les nouvelles autorités  du pays à  faire de l’éducation  la boussole de la transition  en organisant les états généraux  de l’éducation  envue  de faire le diagnostic et l’autopsie  de notre système éducatif  qui est un gros corps malade, déliquescent, évanescent,  moribond et dysfonctionnant  dont il faut apporter une thérapie et un remède durable seul gage du développement  de notre beau pays la Guinée  riche en ressources du sol et  du sous-sol  mais pauvre en ressources  humaines qualifiés« , a-t-il indiqué.

Mamadou Aliou Barry pour Aminata.com

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »
Enable Notifications    OK No thanks