orange guinee guicopres uba guinee votre
Mamadou Bah Baadiko, président de l'Union des forces démocratiques (UFD)
Mamadou Bah Baadiko, président de l'Union des forces démocratiques (UFD)

Guinée : l’UFD de Baadiko Bah dénonce des  campagnes camouflées à coup de milliards, pour la promotion d’un 3e mandat

Des voix non des moindres continuent à se lever pour dénoncer les manœuvres de la mouvance présidentielle qui cherche à modifier la Constitution guinéenne afin de permettre au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat à la tête de la Guinée.

Dans une déclaration signée par son président Mamadou Bah Baadiko, l’Union des forces démocratiques(UFD) dénonce et condamne des campagnes camouflées à coup de milliards pour la promotion en catimini d’un troisième mandat depuis le début de 2019.

Dans cette première partie d’une série de déclarations intitulée ‘’La Longue marche de la manipulation de l’opinion’’, l’UFD indique que dans cette campagne organisée de façon rampante, il s’agit de faire accepter progressivement à l’opinion, l’inacceptable.

«Toute la vie politique, sociale et même économique de la Guinée est plus que jamais accaparée par les débats sur un éventuel troisième mandat pour l’actuel président qui, en vertu des dispositions des articles 27 et 154 de la Constitution sur laquelle il a prêté serment, ne peut plus se présenter. Mais à la réflexion, on se rend compte que ce débat a été ouvert de façon imperceptible mais méthodique, depuis la prestation de serment du 14 décembre 2015, après le discours cinglant et plein de signification du Président de la Cour Constitutionnelle d’alors, M. Kelefa SALL. Ce juge, sur lequel pèsent de graves soupçons de complicité avec le RPG dans les fraudes massives aux élections de 2010, est tombé en disgrâce et déchu de son poste de façon cavalière le 18 septembre 2018 (en violation flagrante de l’article 102 de la Constitution). C’était sans doute en prélude à l’intensification de la campagne pour le troisième mandat…», indique-t-on dans cette déclaration.

Et cette formation politique de l’opposition guinéenne de poursuivre: «Depuis lors, de façon rampante et extrêmement bien orchestrée, se sont multipliés les petites phrases, les ballons d’essai lancés par les fidèles du régime, les fausses révélations, les faux scoops, les rumeurs et même parfois les « démentis » sur un éventuel troisième mandat. Depuis le début de l’année 2019, nous avons assisté çà et là à des  campagnes camouflées à coup de milliards, pour la promotion en catimini d’un troisième mandat. Il s’agit de faire accepter progressivement à l’opinion, l’inacceptable. Un tournant a été pris le 9 janvier 2019 lorsque l’Ambassadeur de la Fédération de Russie en Guinée a osé publiquement dicter aux Guinéens la façon dont il fallait qu’ils mènent leurs destinées, dans un Etat qui se prétend souverain! Pour un pays dont les dirigeants se prétendent «nationalistes sourcilleux» «patriotes jaloux de la souveraineté de leur pays» c’était le comble et nous n’avons pas manqué de le souligner à l’époque. Nous avons trop de respect et de reconnaissance au peuple russe pour exprimer ici toute notre colère, face à cette insulte inacceptable faite à notre peuple».

Pour l’UFD, le pouvoir du RPG, plutôt que de poser clairement et honnêtement les problèmes de la Constitution de 2010 en vue de dégager un large consensus pour nous doter d’une nouvelle loi organique allant dans le sens de plus de démocratie participative, plus d’Etat de droit, plus de progrès, plus d’unité et de justice sociale, a préféré concocter dans le plus grand secret un texte sur mesure, avec éventuellement l’aide de conseillers occultes.

«Au lieu de mener une démarche républicaine, démocratique et transparente, on distille habilement des extraits bien choisis dans le seul but d’endormir l’opinion. On manipule à souhait les opposants au projet, en donnant de faux agendas de referendum ou d’élections législatives, couplés ou non, dans un contexte où la constitution est violée en permanence par les dirigeants et leurs complices», a-t-elle dénoncé.

A suivre: 2. Pourquoi le pouvoir cache-t-il cette « Constitution révolutionnaire réécrite» ? 

Mamadou Aliou Barry pour Aminata.com

 (+224) 622 304 942

Apropos Alpha Oumar Diallo

Alpha Oumar Diallo est journaliste de formation. Issu de l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), ce jeune pétri de talents et d'objectivité a travaillé dans de nombreuses rédactions en Guinée et a collaboré avec de médias étrangers. Passionné de l'écriture, il traite régulièrement des sujets d'actualité en toute impartialité et fait des analyses objectives.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »