La directrice de l'ONSPA et le ministre de la pêche
La directrice de l'ONSPA et le ministre de la pêche

A travers l’Office Nationale du Contrôle Sanitaire des Produits de la pèche et de l’aquaculture, le ministère de la pêche, de l’aquaculture et de l’Économie maritime a procédé mercredi 25 avril 2018 à la remise d’un lot important à la société Jasmin Trading  House. Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la mission dudit département de la qualification du poisson en Guinée.

Ce don de l’ONSPA est composé de deux fabriques de glaces et d’une chambre froide. C’est la seule usine de fabrique de poisson répondant aux normes sanitaires selon UE.  Des experts de  l’Union Européenne  avait effectué une visite il y a quelques années dont l’objectif  était de renforcer les capacités d’action de la pèche.

La cérémonie à réunit le ministre de la pêche Fréderic  Loua, la directrice générale de l’ONSPA M’Mah Savané, des cadres de ce service ainsi que des représentants de la société bénéficiaire.

donLa directrice de l’ONSPA a indiqué les raisons du choix de cette société, « depuis la visite de l’UE en Guinée en2006, sur les  six(6) usines en activité á l’époque, aujourd’hui, seule JASMIN TRADING HOUSE se rapproche des normes de l’UE ».

De poursuivre, elle a ajouté qu’après onze années d’attente, aujourd’hui grâce á  l’appui du département et de la volonté politique du gouvernement, le pays a repris les relations avec la Direction Générale de la Protection des Consommateurs européens (DG/SANTE) en juin 2016.

« C’est dans ce cadre qu’en novembre  de la même  année, un projet  Assistance technique pour la relance des exportations des produits de pêche en Guinée financés par l’UE a été mis en place pour 18 mois .C’est  ce qui a permis d’établir une feuille de route avec les experts de l’UE qui ont identifié les points forts et faibles de la sécurité sanitaire. Chose qui a également permit la formation des opérateurs privés, des inspecteurs sanitaires, des laborantins de l’ONSPA et l’obtention de matériels pour un contrôle efficace ».

La directrice générale de l’ONSPA a remercié le Ministre au nom de ses travailleurs pour tous les efforts consentis d’avoir appuyé son service. Par la même occasion, elle a sollicité la mise á disposition des 400 mètres carrés demandé par la COTRAG pour la finalisation des travaux de l’usine.

De son côté, le Ministre Fréderic Loua a indiqué que les produits de la pêche exportés par la Guinée présentent aux yeux des consommateurs européens un risque sanitaire.

C’est pourquoi selon lui, le gouvernement guinéen accorde une attention particulière á l’ONSPA et  s’est engagé á soutenir l’office dans la mise en œuvre des onze recommandations de l’UE avec des actes comme le choix et l’utilisation du site de Téménétaye. Aménagé par le royaume du Maroc comme débarcadère pilote pour les produits de la pêche destinés á l’exportation vers les marchés communautaires.

« La réservation de ce site aux pirogues et barques respectant les normes de l’UE. Le transfert du laboratoire de Boulbinet á Témétaye. La mise á disposition des mallettes d’inspection. Des tablettes petit format connectées pour pouvoir enregistrer les résultats de contrôle en temps réels. Des moyens de transport pour se rendre rapidement aux différents postes pour assurer un meilleur contrôle de la qualité et de la traçabilité ».

Outre ces mesures, le Ministre a déclaré que le département à travers l’ONSPA débloque chaque année un budget de 46000 millions de francs guinéen/an, soit 4000 euro pour l’envoi des analyses dans un laboratoire extérieur accrédité. Parlant des matériels mis á disposition d’une valeur d’un milliard cinq millions, M. Loua a estimé que cette remise constitue une dimension particulière et symbolique pour la mise aux normes sanitaires de l’unique établissement retenu par l’UE pour la levée de la suspension.

Pour le directeur général de JASMIN TRADING HOUSE, Mory Doumbouya a remercié le département et l’ONSPA pour leur assistance et a promis de continuer a œuvré pour être á la hauteur des attentes des partenaires.

Ibrahima Kalil Diallo

 

PARTAGER