orange guinee guicopres uba guinee votre

Guinée : les volontaires du projet migrants AS Messengers à l’école de l’OIM

Un atelier de formation avec les volontaires du projet Migrants  AS Messengers sous la supervision de l’organisation internationale pour les migrants s’est déroulé ce lundi  13 juillet 2020, dans un réceptif hôtelier de Conakry.

Pour la mise en œuvre de ce projet quatre villes de la République de Guinée vont bénéficier des actions de sensibilisation qui seront entreprise dans le cadre du déploiement de MaM 2 dans le pays. Il s’agit de Mamou en Moyenne Guinée, Kankan en Haute Guinée, Beyla en Guinée forestière et la capitale Conakry.

Selon, le responsable de communication à l’OIM Lucas Chandelier, ce sont 34 citoyens guinéens (16 femmes et 18 hommes) rentrés récemment de l’étranger qui se sont engagés sur la base du volontariat, à informer en s’inspirant de leur propre parcours migratoire’’ les communautés sur les dangers de la migration irrégulière. En outre, ils œuvreront au quotidien sous la supervision du bureau de l’OIM en Guinée et ce, tout au long du projet, pour promouvoir l’entrepreneuriat local, ainsi qu’une migration régulière et bénéfique à tous. Les réseaux sociaux, la radio et la télévision constituent les principaux canaux de diffusion des messages’’.

D’après lui, au niveau de la migration irrégulière, les femmes sont assez minoritaires en Guinée. C’est quelques jeunes filles (2 %), qui partent pour rejoindre leurs maris en Libye qui sont établies comme travailleur sur place et qui voulaient aller en Europe.

A LIRE =>  Labé : l’équipe communale rattrapée par sa mauvaise gestion

Selon lui, si une mère de famille est contre la migration de son enfant, il y’ a très peu de chance que l’enfant parte avec le consentement de sa famille. Donc, il est vraiment important pour eux de toucher ces familles. ‘’Pour ça, ce n’est pas simplement des mères de familles, des femmes qui font le commerce, ça peut être des femmes qui sont instruites, qui travaillent dans les bureaux’’.

De son coté, Fatoumata Diallo immigrante retournée d’Algérie , qui a participé aux débats de sensibilisation pour aller passer des messages de sensibilisation dans plusieurs endroits de la capitale a dit :« je suis contente de participer à cette formation pour interpeller les gens de n’est pas aller mourir à la mer. Par ce que moi j’ai vécu. Je sais pertinemment ce qui se trouve là-bas (…), Il y a des femmes qui sont violées, des gens meurent dans le désert. Tous ceux-là qui pensent une fois arrivés  il y a du travail ou de l’argent ce n’est pas vrai ».

Pour conclure, Hady Diallo, secrétaire général l’Organisation Guinéenne de la lutte contre la migration, a précisé que cette formation, c’est la deuxième phase de ce projet. La première a été une réussite.’’ On avait trouvé depuis notre arrivé que c’était important de transmettre à nos frères et à nos sœurs tout ce qu’on a traversé sur la route. Parce que ce qu’on a traversé c’était vraiment un calvaire difficile à vivre’’ déplore-t-il.

A LIRE =>  Education : les élèves-maitres de l'ENI devront passer devant un jury (source direction)

Zeze Enema Guilavogui pour Aminata.com

Tel : 224 622 34 45 42

Zezeguilavogui661@gmail.com

Apropos Alpha Oumar Diallo

Alpha Oumar Diallo est journaliste de formation. Issu de l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), ce jeune pétri de talents et d'objectivité a travaillé dans de nombreuses rédactions en Guinée et a collaboré avec de médias étrangers. Passionné de l'écriture, il traite régulièrement des sujets d'actualité en toute impartialité et fait des analyses objectives.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »