orangeguinee guicopresse UBA
Formation des acteurs de sécurité aux frontières terrestre et aérienne
Formation des acteurs de sécurité aux frontières terrestre et aérienne

Guinée : les services de sécurité à l’école de l’OIM

Organisée par l’OIM en coordination avec le comité national de lutte contre la traite des personnes et des pratiques assimilées sous le financement de l’ambassade du Royaume-Uni , une formation des acteurs clés aux frontières terrestres et aérienne de Conakry et de Pamelap, s’est tenue ce jeudi 12 mars 2020, dans l’enceinte de l’hôpital Jean Paul 2, dans commune de Ratoma.

A cette occasion plusieurs corps des services de sécurité venus de l’intérieur du pays et la zone spéciale de Conakry ont pris part à cette formation notamment, la Douane, la Gendarmerie et la police. Suite à ce fléau de la traite des êtres humains, la chargée de la protection à l’OIM Guinée Amélie a dit : « le constat en première ligne, il faut que les agents soient informés. Parce que ce sont des gens qui sont au niveau des frontières terrestres et aérienne. Déjà, il faut qu’ils soient formés, qu’ils aient tous les outils, en suite il faut qu’ils coordonnent entre eux. Donc, ils le sont déjà, nous on ait juste en train de renforcer cette coordination pour davantage les impliqués.

C’est un phénomène qui existe en Guinée, ils faut que les acteurs soient outillés parce que l’ampleur est que la Guinée est un pays de transit de départ de destination aussi des personnes qui sont en situation de traite »

De son côté, le lieutenant Natenin Kourouma, chef de brigade au PROGM à l’aéroport internationale de Conakry Gbessia, parlant de ce phénomène récurent dans le pays surtout dans son lieu de service: « De la migration à la traite des personnes sont toujours fréquent à l’aéroport internationale de Conakry Gbessia. C’est pourquoi participer à cette formation est un atout pour nous, comment freiner et comment gérer au futur ses problèmes qui interviennent dans ce cas », souligne t-elle.

Par ailleurs, l’adjudent chef Sékou 2 Camara, commandant adjoint de la brigade spéciale des personnes vénérable a rappelé que si les agents qui travaillent dans les frontières terrestres et aérienne sont outillés: »Nous pouvons bel et bien juguler ce phénomène. Le premier rôle qui a été dispensé pendant cette formation, c’est d’identifier d’abord des personnes. Cela est facile si tu as une connaissance à la matière », a-t-il conclu.

Zeze Enema Guilavogui pour Aminata.com
Tel: 224622344542
zezeguilavogui661@gmail.com

Apropos Alpha Oumar Diallo

Alpha Oumar Diallo est journaliste de formation. Issu de l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), ce jeune pétri de talents et d'objectivité a travaillé dans de nombreuses rédactions en Guinée et a collaboré avec de médias étrangers. Passionné de l'écriture, il traite régulièrement des sujets d'actualité en toute impartialité et fait des analyses objectives.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »