Accueil A LA UNE Guinée: les escrocs du net continuent de sévir

Guinée: les escrocs du net continuent de sévir

L’arrivée de la fibre sur les côtes de Conakry a démocratisé l’internet en Guinée. Autrefois extrêmement cher, depuis 2012, il est devenu accessible à moindre coût. Ce progrès cache d’autres travers sociaux notamment l’arnaque. Les brouteurs tristes célèbres en Côte d’Ivoire ont déployé leurs ailes en République de Guinée.
Ces dernières années, à travers l’internet, ils sévissent en toute impunité. Politiques, hommes d’affaires, étudiants, diplomates ou encore chômeurs, personne n’est à l’abri de leur agissement. En 2013, certains internautes ont été contactés via un compte fictif Facebook de la première dame pour leur réclamer des sous. Informée, l’équipe de Djené Saran Condé a vite démenti et menacer de porter plainte contre X. Mais, le mal était déjà fait. Certaines personnes avaient eu la malchance de tomber sur le guet-apens des escrocs en leur envoyant de l’argent par Western-Union et Money Gram.
Avec divers modes opératoires, les brouteurs ont déposé leur valise en Guinée. Ils ont pu détourner des centaines de comptes. Le principe est simple. L’utilisateur reçoit un mail lui intimant d’urgence avec une menace de fermeture de son compte de remplir des renseignements y compris son mot de passe. L’utilisateur profane remplit et signe la perte de son compte. Quelques minutes plus tard, l’inconnu change le mot et réclame de l’argent à tous les contacts du compte détourné. Les plus malchanceux envoient de l’argent à l’arnaqueur qu’ils ne vont jamais rencontrer. A Conakry, des arnaqueurs créent des faux profils pour demander aux pauvres citoyens d’envoyer de l’argent par Orange Money à un éventuel proche en détresse. Inquiet, le piège se referme sur  l’internaute qui envoie de l’argent à son parent censé être en difficulté.
En 2015, contacté par un arnaqueur, un journaliste d’Aminata.com a alerté la gendarmerie pour intervenir sans succès. A longueur des journées, des brouteurs sévissent sans être inquiétés par les autorités de sécurité. L’enquête promise par l’équipe de la première demande est restée lettre morte. Plusieurs ministres victimes des agissements des arnaqueurs se limitent à la publication d’un simple communiqué de presse pour dénoncer et démentir.  Face à l’inaction des autorités, les internautes doivent être vigilants et n’envoyer de l’argent à aucun interlocuteur inconnu.
Alpha Oumar Diallo pour Aminata.com
alphanyla@gmail.com
+224 628 38 98 39
 

AUCUN COMMENTAIRE