Des membres du consortium ACCORD-Guinée, WANEP, RAJ-GUI finalisent le projet pour la consolidation de la paix
Des membres du consortium ACCORD-Guinée, WANEP, RAJ-GUI finalisent le projet pour la consolidation de la paix

Guinée : le consortium ACCORD-Guinée, WANEP, RAJ-GUI boucle le projet pour la consolidation de la paix

Pour inviter les jeunes et les femmes à s’engager principalement dans la préservation de la paix en Guinée, les organisations de la société civile, ACCORD-GUINEE, WANEP et RAJ-GUI se sont rassemblées au sein d’un consortium pour la mise en œuvre du projet d’appui au renforcement des initiatives locales des jeunes pour la consolidation de la paix en Guinée.

Le projet intéresse 18 localités où il y a plus de conflits dans les régions naturelles du pays, comme la guinée forestière, Haute guinée et la Basse guinée. Ce projet a débuté au mois de mars 2018 et a pris fin le 31 août 2019. Après le bouclage du projet, les acteurs qui y étaient impliqués se sont retrouvés ce vendredi, 06 septembre 2019, dans un réceptif hôtelier de la place à Conakry, pour capitaliser et partager les résultats du projet.

Dans son intervention, Maki Bah, Directeur de ACCORD-Guinée et chef de fil du consortium ACCORD, WANEP, RAJ-GUI. « Nos attentes, c’est d’avoir un regard plus pointu orienté sur les résultats et les acquis du projet pendant les 18 mois d’exécution. Donc actuellement avec toutes les parties prenantes qui ont été impliquées dans la mise en œuvre de ce projet, nous allons jeter un regard sur les résultats obtenus, afin de pouvoir les capitaliser et les partager avec d’autres acteurs au niveau de la sous-région », a fait savoir le directeur d’ACCORD-Guinée.

Selon lui, ce projet est focalisé sur deux principaux résultats. Le premier concerne « la mise en place d’un système d’alerte précoce qui va être cette fois-ci porter par les jeunes au niveau des 18 localités, qui sont couvert par le projet et ce résultat est exécuté par WANEP. Il y a un deuxième résultat qui est porté par RAJ-GUI qui est un réseau d’organisation de jeunesse ».

Plus loin, le responsable Maki Bah a dit : « Dans l’analyse du contexte, on s’est rendu compte que beaucoup d’organisation interviennent sur cette question de paix. Mais la jeunesse est toujours mise de côté et quand il y a des problèmes avant, pendant ou après les élections, c’est souvent la jeunesse qui est manipulé. On s’est dit que la meilleure façon d’aider cette jeunesse, c’est de leur approprier des contenus de toutes les formations qui sont réalisées dans le cadre de ce projet en matière de prévention et la gestion des conflits. Ensuite, c’est d’aider les jeunes à s’insérer dans les instances de prise de décisions au niveau local et au niveau national parce qu’on a vu là que les jeunes et les femmes sont marginalisés, le plus souvent quand il y a élections, on ne les implique pas pour le déroulement du processus », souligne Mr. Bah.

De son coté, Dr Alpha Abdoulaye Diallo, président du conseil d’administration de RAj-GUI réjouit en première ligne des résultats obtenus dans le cadre de ce projet. Il a rappelé que pour une première fois, les acteurs de la société civile ont réussi à travailler ensemble, RAJ-GUI, ACCORD Guinée, WANEP se sont mis ensemble pour un idéal, un objectif qui est aujourd’hui atteint. Cet objectif, c’est celui de la consolidation des infrastructures de paix dans les 18 localités du projet.

« Nous avons dans ces 18 localités pu mobiliser près de 30% des femmes qui sont aujourd’hui des acteurs de paix et qui sont véritablement incontournable dans l’enracinement de la culture de paix. Mais aussi le développement de leurs localités respectives. C’est sentiment de satisfaction d’avoir travaillé et mobilisé plus de 2000 et quelques acteurs dans ces 18 localités. Aujourd’hui c’est ces personnes qui vont qualifier davantage pour le développement à la base et qui vont influencer leurs paires à développer les initiatives d’entreprises », explique Dr Alpha Abdoulaye Diallo

Et d’ajouter que ses jeunes sociaux, cultiveront la cohésion sociale, la paix, le vivre ensemble, mais aussi le développement de leurs localités respectives. « Donc, Il faut travailler à ce que les mentalités changent, au lieu que les jeunes soient des vecteurs de conflit »,a conclu Dr Alpha Abdoulaye Diallo.

Zeze Enema Guilavogui pour aminata.com

Zezeguilavogui661@gmail.com

Tel : +224 622 34 45 42

Apropos Alpha Oumar Diallo

Alpha Oumar Diallo est journaliste de formation. Issu de l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), ce jeune pétri de talents et d'objectivité a travaillé dans de nombreuses rédactions en Guinée et a collaboré avec de médias étrangers. Passionné de l'écriture, il traite régulièrement des sujets d'actualité en toute impartialité et fait des analyses objectives.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »