La  société  à vente pyramidale Q-net était  à  la  barre  du  tribunal de  première  instance  de  Labé ce  mardi  20 février 2018.

Les  motifs  du  procès faux  et  usage  de  faux  et  escroquerie  vis  à  vis  de  citoyens  souscripteurs  à  leurs  offres.

Ainsi, Thierno  Malal  Diallo aka  ‘’leader  Malal’’, Fatoumata  Binta Diallo, Fatoumata  Foly Diallo et  Algassimou  Diallo ont tous  sans  exception  répondu  à  l’appel  du  tribunal.

A  l’absence  de  l’avocat  de  la  partie  civile, celui  de  la  défense  a  plaidé  pour le  rejet de  l’audience pour  la  fixation  de  la  consignation ;chose  qu’ a  aussi  soutenu  le  ministère  public  mais  la  cour  a  permis  aux  plaignants  un  peu  plus  de  la vingtaine  en  majorité  des  femmes  de  se  prononcer  sur  la  question mais  le  procureur  a  considéré  l’absence d’une  majorité  des  plaignants  comme  une  anomalie dans  la  procédure tout  en  invoquant  l’esprit  de  l’article  460 du code  civil avec  la  précision  que  c’est  une  condition  sine  qua  none  d’ouverture  du  procès.

Au  nom des  plaignants  Hadja  Fatoumata  Binta Diallo a  plaidé  pour  que  la  caution  soit 500 000 francs mais  après  analyse  le  montant  annoncé et  retenu  est  le  triple  de  celui  souhaité par  la  partie  civile soit : 1500000 francs.

Aussi, nonobstant  le  fait  que  l’avocat  de  la  défense  ait  émis  le  souhait de  voir  la  suite du  procès  poussé  au  20 pour  des  raisons  de  calendrier de  ses clients   qui  doivent  répondre  à  un  appel  de  leur  hiérarchie  en  début  du  mois  de  mars ,chose  que  le  camp  d’en  face  trouve  très  décalée ,le  tribunal  a  coupé  la  poire  en  deux  en  fixant  la  date  de  la  prochaine  audience  au 13  mars.

Pour  rappel, la  partie  civile  réclame  solidairement  un  peu  plus  de  cinquante millions à l’entreprise  Q-net parfois les efforts  de  toute  une  vie.

                                                                                                                                   Ousmane K. Tounkara       

PARTAGER