Guinée : Hadja Bobo, dans « Territoire des mémoires ! »

Top de nos lecteurs

Labé : l’heure de la révolte pour les jeunes du RPG

Les jeunes de la fédération locale du RPG sont remontés contre leur formation politique, ils estiment que  les retombées qui parviennent u parti sont...

Covid-19 : des nouvelles dispositions importantes annoncées par l’ANSS

Dans le cadre d’améliorer les tests de dépistage de la pandémie Covid-19, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSS) a annoncé quatre nouvelles dispositions importantes....

Les femmes guinéennes bloquées à Dakar menacent d’entamer une grève de la faim !  

À Dakar, plusieurs centaines de femmes guinéennes restent bloquées depuis plus de 45 jours à cause de l’état d’urgence sanitaire décrété par le gouvernement...

Kindia: un mécanicien meurt de noyade à Damakania

La mort par noyade est fréquente en Guinée surtout en cette période de pluie. Le dernier cas en date s'est produit ce mercredi 27...
Alpha Oumar Diallohttp://aminata.com
Alpha Oumar Diallo est journaliste de formation. Issu de l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), ce jeune pétri de talents et d'objectivité a travaillé dans de nombreuses rédactions en Guinée et a collaboré avec de médias étrangers. Passionné de l'écriture, il traite régulièrement des sujets d'actualité en toute impartialité et fait des analyses objectives.

C’est avec une grande tristesse que je viens d’apprendre la disparition de Hadja Bobo, la seule guinéenne qui avait eu le toupet de décrier dans sa déposition au camp Boiro le régime autocratique sékoutouréen sur la Voix de la Révolution.

Dans ma tendre enfance à Tambacounda au Sénégal, j’entendais souvent ma mère vanter la bravoure de Hadja Bobo. Tout le temps j’entendais raconter l’histoire de cette dame. Elle remplissait mes rêves d’enfant. Je rêvais de la voir en chair et en os, de la rencontrer, de parler avec elle. Et mon rêve s’était  réalisé quand j’avais intégré le groupe de presse Le Lynx-LA LANCE.

Un jour, je me présente chez Hadja Bobo. Elle me reçoit avec beaucoup d’amabilité. Nous parlons longuement et je lui demande une interview. Elle accepte sans hésiter une seconde mais me demande de revenir pour que l’entretien se fasse en présence d’un de ses petits fils qui était élève. J’étais aux anges. Je retourne à la rédaction en frétillant de bonheur. Quelques jours après, à la suite d’un coup de téléphone, je reviens un après-midi chez Hadja Bobo. Et elle m’accorde une interview à cœur ouvert. Franche du collier, elle répond à toutes mes questions, parle sans tourner autour du pot, dit tout ce qu’elle a dans le ventre. L’interview est publiée à la page 8 de LA LANCE, et le journal s’est vendu comme des petits pains. Une interview fantastique. Et moins de deux heures après la sortie du journal, c’est le boomerang ! Le téléphone de la rédaction n’arrête pas de hurler. Tous les parents de Hadja Bobo n’apprécient pas le contenu de l’interview. D’aucuns l’accusent d’avoir trop parlé, d’avoir étalé le linge sale sur la place publique, de semer la discorde parentale.

A LIRE =>  United Bank For Africa (UBA) a annoncé aujourd'hui qu'elle contribuerait à hauteur de 14 millions de dollars dans la riposte contre le COVID-19 en Afrique.
A LIRE =>  Guinée : le barreau "s’en fout" de ce qui se passe à la CENI

Dans cette interview, Hadja Bobo dénonçait les injustices dont elle avait été personnellement victime pendant le règne de Sékou Touré. Il faut dire qu’en parlant Hadja Bobo gênait effectivement. Son propre demi-frère, Saïfoulaye Diallo, était l’alter ego de Sékou Touré. Dénoncer l’ignominie de Sékou Touré c’est étaler tacitement la complicité de Saïfon.

Sékou Touré, le stratège de la révolution guinéenne a détruit beaucoup de liens consanguins comme celui liant Hadja Bobo à Saïfoulaye Diallo.

Pour beaucoup de Guinéens, Hadja Bobo est une héroïne dans la bataille contre les travers de la Révolution sékoutouréenne. Et c’est pourquoi, j’en ai fait une héroïne dans mon roman, « Territoire des mémoires ! », publié chez L’Harmattan.

L’injustice horripilait Hadja Bobo. Elle n’avait pas peur de mourir. Elle n’avait pas peur du camp Boiro. C’est pourquoi elle n’avait pas peur de dire ce qu’elle pensait du régime loufoque de Sékou Touré.

Que le Tout Puissant Allah fasse miséricorde Hadja Bobo ! Que Allah lui accorde le Paradis. Amen.

J’adresse mes sincères condoléances à son fils, à ses petits enfants, à ses parents et proches et à toutes les familles des victimes de la Révolution sékoutouréenne.

Benn Pepito  

 

- Advertisement -

A lire également

L'info première en Guinée

Labé : l’heure de la révolte pour les jeunes du RPG

Les jeunes de la fédération locale du RPG sont remontés contre leur formation politique, ils estiment que  les retombées qui parviennent u parti sont...

Covid-19 : des nouvelles dispositions importantes annoncées par l’ANSS

Dans le cadre d’améliorer les tests de dépistage de la pandémie Covid-19, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSS) a annoncé quatre nouvelles dispositions importantes....

Les femmes guinéennes bloquées à Dakar menacent d’entamer une grève de la faim !  

À Dakar, plusieurs centaines de femmes guinéennes restent bloquées depuis plus de 45 jours à cause de l’état d’urgence sanitaire décrété par le gouvernement...

Kindia: un mécanicien meurt de noyade à Damakania

La mort par noyade est fréquente en Guinée surtout en cette période de pluie. Le dernier cas en date s'est produit ce mercredi 27...

La Mairesse de Kaloum à propos des UBA Africa Conversations

La célébration de la Journée de l’Afrique, qui s’est tenue  25 mai 2020, a été marquée par la 2e édition des UBA Africa Conversations...
0 Shares
x