A LA UNEPolitique

Guinée: de 440.000, le SMIG passe à 550.000 GNF

C’est résultat des conclusions issues des négociations entre le Gouvernement guinéen, le mouvement Syndical et le Patronat, entamées dans la soirée d’hier. Ce vendredi, 08 avril 2022, les différentes partiess ont finalement abouti à une signature dans les locaux du ministère du Travail et de la Fonction Publique.

Sous la médiation de M. Mamadou Aliou Diallo, Inspecteur général du travail et de M. Marcel Lolamou son adjoint, les conclusions ont permis à l’aboutissement d’une augmentation du salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) de 25%. Et donc, de quatre cent quarante mille francs guinéens (440 000 GNF), il passe à 550.000 GNF.

Lors des débats, les parties prenantes ont indiqué que le personnel de la Santé ainsi que celui de l’Education, ont quant à eux bénéficié d’une majoration de primes de 25%, tandis que les primes de transport ont connu un rehaussement de 15%. L’allocation familiale passe de 22.200 à 50 000 francs guinéens, soit un peu plus du double.

Le paiement de quatre échelons pour l’entièreté des fonctionnaires sera régularisé. Au nom de ses pairs des différentes confédérations, M. Abdoulaye Camara, a indiqué que les 22 points qui avaient l’objet de revendication ont été examinés à la satisfaction du mouvement syndical guinéen.

A LIRE =>  Pourquoi doit-on nécessairement prendre part aux assises nationales(Par Cheick Alioune)

« Le CNTG, USTG,COSATREG, CGTG, CGSL, UDTG, CGFOG, IGTG, CONASIG sont des partenaires sociaux qui voulons ardemment que le pays se développe. Ces confédérations mentionnées ci-haut, veulent accompagner le CNRD dans la refondation de l’Etat », a confié M. Camara.

Le ministre Julien Yombouno du département du Travail et de la Fonction Publique, en présence de son homologue du Budget Moussa Cissé, a salué le caractère courtois qui a prévalu lors des discussions. Le ministre par la suite, sollicité une sincère collaboration entre les parties en vue de l’assainissement du fichier de la fonction publique.

« Pour rappel, le Gouvernement continue d’épurer ce fichier en vue d’y extirper les milliers de fictifs dont la prise en charge coûte extrêmement chère à l’Etat», a-t-il rappelé.

Le ministre de la fonction publique, Julien Yombouno entouré de représentants du syndicat et du patronat

Sâa Robert KOUNDOUNO

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »