Rate this post

Le secteur de l’éducation a été affecté ce lundi 13 novembre 2017, par la grève illimitée, déclenchée par des membres du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLEG).

Au lycée Kipé dans la commune de Ratoma un reporter d’Aminata.com est allé rencontrer le proviseur  et des élèves de cet établissement public  pour décortiquer  la situation qui prévaut.

Interrogé sur le sujet de la grève,  le proviseur du lycée Kipé Amara Balato Keita,  a dit : «  je dirai que dans mon école,  il n’y a pas de grève. Il y a une tentative d’incitation à la révolte, parler de grève c’est un autre langage. Ce n’est pas le langage syndical, une grève se prépare. Pourquoi nous allons en grève et quels sont les points de revendication pour aller en grève? L’unique point que les enseignants et chercheurs de Guinée ont demandé, c’est le maintien de la valeur monétaire du point indiciaire (VMPI) à sa place c’est- à -dire les mille trente toujours demandé.  Donc, ces milles trente le gouvernement guinéen l’a accepté et ils ont échelonné son payement. Ces enseignants de Guinée, que je connais et que je respecte n’iront nulle part. Cette grève  déclenchée par une partie soit disant syndicat, sauf ceux-là qui ont la mauvaise volonté de rester à la maison sans rien faire.  Et ce qui ont lancé ce mot de grève c’est malheureux,  parce que le syndicaliste est celui qui travaille.  Ceux qui ont déclenché la grève ce ne sont mêmes pas des travailleurs c’est des révoltés. Il y a   parmi eux qui ont été affectés dans les postes de responsabilité comme (DPE).Mais ils  réfusent  d’y aller. » déplore t-il

 

Selon  lui, sur les 30 groupes pédagogiques « je n’ai enregistré chez moi que deux absences. Une telle journée critique même si tu es malade et que  tu  ne parviens pas à informer  on dira que tu es resté à la maison à cause de la grève. »

Pour contrer les arguments du proviseur  de Kipé,  certains  élèves ont également transcrit l’engouement qui prévaut dans  leur établissement c’est comme le cas de , Sekou Fanta Camara , en  terminale  science sociales  quatre (TSS4)  au lycée Kipé «  Par rapport à la grève ce que je peux vous dire,  le matin je suis venu dans ma salle aucun professeur n’était présent. Et dans d’autres classes,  il y avait des professeurs. Donc  depuis le matin jusqu’à 12h dans notre classe personnellement nous n’avons  pas fait cours.»

Même son  de cloche pour cet autre élève, Mamadou Oury Baldé,   12eme sciences sociales 2(TSS2)  au lycée Kipé ,  « Aujourd’hui quand nous sommes venu pour étudier,  il n’y avait  pas de professeur.Nous sommes resté  en classe  jusqu’à 12h et puis j’ai sillonné dans certaines salles aucun professeur n’y était  donc c’est l’impact de grève  que nous sommes en train de traverser certainement dans notre école.»

 

Zeze Enèma Guilavogui pour aminata.com

Telephone :(+224) 622 34  4 5 42

Zezeguilavogui661@gmail.com

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here