A LA UNELibre Opinion

Fixation de la durée de la transition: Seul le CNRD reste l’interlocuteur des Forces vives et non le MATD

Depuis quelques mois, les acteurs sociaux politiques réclament un cadre de dialogue au CNRD pour discuter de la durée de la transition. En lieu et place du cadre demandé, c’est finalement un tout autre cadre de dialogue dit inclusif inter guinéen qui sera imposé par un décret du 6 avril 2022. Une inadéquation entre les attentes exprimées par les forces vives et la réponse de la junte militaire. D’ailleurs, en son article 2, le décret instituant le cadre inclusif indique qu’il est placé sous l’autorité du ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation.

Pour le président du CNRD, ce cadre doit être un espace de propositions entre les forces vives de la nation et le gouvernement. Il appartiendrait ainsi au Ministère de l’Administration du territoire et de la décentralisation de rend compte périodiquement de l’évolution des concertations au Premier ministre.

*Pourquoi, les forces vives de la nation ne doivent pas accepter d’avoir le MATAP comme interlocuteur ?*

D’abord, il faut rappeler que l’article 36 de la charte de la transition est clair sur les organes de la transition. Il s’agit du CNRD, du Président de la Transition, du Gouvernement de la transition et du Conseil National de la transition (CNT).

A LIRE =>  Guinée: le CNRD reçoit officiellement du CNT, le rapport final sur les missions menées par les conseillers nationaux

Ensuite, la même charte indique en son article 37, que le CNRD est l’organe central de la définition et d’orientation stratégique de la politique économique, sociale, culturelle et de développement du pays. Il est le garant de la sécurité et de la cohésion nationales, de la stabilité et de la paix. Il est composé des éléments des forces de défense et de sécurité de la République de Guinée ( Armée, Gendarmerie, police, protection civile, douane et conservateur de la nature). Il par conséquent clairement indiqué à l’article 77 de la charte que la durée de la transition doit être fixée de commun accord entre les forces vives de la nation et le CNRD.

En effet, les forces vives de la nation ont pour seul interlocuteur, le CNRD. En aucun cas, le gouvernement a fortiori un ministre de l’administration du territoire ne doit être interlocuteur des forces vives de la nation pour discuter de la durée de la transition. C’est pourquoi les acteurs sociopolitiques ne devraient pas avoir le ministre Mory CONDÉ comme Interlocuteur pour parler de ce sujet.

Aujourd’hui, les acteurs sociopolitiques qui portent la voix de nombreux citoyens doivent se montrer conséquents et réclamer des discussions franches et sincères avec le CNRD en vue de fixer enfin la durée de la transition. Il est de finir avec cette transition pour permettre aux populations de choisir librement ceux qui doivent les diriger dans les prochaines années.

A LIRE =>  Doléance de la Guinée à la CEDEAO: une mission attendue à Conakry (communiqué)

Au CNRD de comprendre qu’il tire sa petite légitimité du soutien des voix nombreuses et c’est seulement avec ce grand ensemble que cette transition doit réussir.

Nous avons pas besoin d’arrogance chez nos gouvernants. Nous avons déjà vue les limites de l’arrogance avec le régime déchu.

Aujourd’hui, il faut être conséquent et répondre aux aspirations des populations guinéennes, qui durant cette décennie se battent pour la démocratie et l’État de droit.

Le CNRD gagnerait mieux à revenir aux fondamentaux d’une transition. Il faut faciliter le retour à l’ordre constitutionnel.

NOTRE PAYS doit être dirigé par des personnes issues des suffrages du peuple de Guinée.

*Abdoulaye Oumou Sow Journaliste/Blogueur responsable communication du FNDC*

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »