En marge de l’assemblée générale de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), le chef de file de l’opposition guinéen a invité samedi 12 janvier ses militants à se mobiliser pour faire face une nouvelle fois à la gouvernance actuelle.

Comme c’est connu de tous, depuis l’accession d’Alpha Condé au pouvoir en 2010, l’UFDG est le principal parti de l’opposition qui sort souvent dans les rues pour protester contre la mal-gouvernance du président Condé. C’est dernier temps, les manifestations politiques étaient en pause à cause des préparatifs de la fin d’année et l’installation des exécutifs communaux.

A la rencontre du samedi avec ses militants, Cellou Dalein Diallo a annoncé la fin de la trêve.

« Il  faut que vous vous mobilisez pour défendre les acquis démocratiques. M. Alpha Condé a décidé de ne pas respecter la loi fondamentale. Vous avez vu, pour s’octroyer un troisième mandat ou, à défaut, de prolonger le deuxième mandat qui est le dernier, il a violé les accords politiques, vous savez vu qu’il a organisé un hold-up électoral dans beaucoup de collectivités lors de ces élections locales. Nous devons nous mobiliser pour reprendre les manifestations, on ne peut pas accepter dans cette partie importante  que la constitution, le droit à la liberté soient suspendus, le gouvernement n’a pas le droit de le faire, nous ne pouvons plus tolérer ça », a-t-il déclaré.

Poursuivant, il souhaite à ce ses militants se mobilise avec une nouvelle stratégie pour défendre nos droits, pour empêcher Alpha Condé de continuer sa salle besogne, contre la démocratie, contre l’Etat de droit, contre les droits humains.  « Sinon le combat que nous avons mené et le sacrifie que nous avons consenti, risquent d’être vains», a-t-il souligné

Dans la même lancée, l’ancien premier ministre appelle ses militants  et sympathisants à se mobiliser, à sensibiliser  les autres pour reprendre les manifestations de rues. Car selon lui, c’est un droit constitutionnel, et malheureusement, il n’a de respect que pour ça, pas pour la constitution, pas pour les accords politiques, pas  pour les lois de la République. « Tous les jours, il est en train de violer la loi. Le droit de l’opposition, le droit des citoyens. La justice est à sa dévotion, nous n’avons pas de recours et ce droit, on doit le préserver»,

Pour lui Alpha Condé avec sa vision de briguer la constitution pour un troisième mandat a commencé le glissement, il a commencé par prolonger le mandat de l’Assemblée Nationale, il a créé les conditions de glissement, il a refusé de mettre la CENI en place au moment où c’était indiqué par l’accord d’octobre 2016, la CENI  devait être mise en place lors de la session des lois de 2017, il a refusé. « Donc, c’est le bon moment de l’empêcher en restant mobiliser pour reprendre les manifestations comme on l’a toujours fait. C’est notre seul recours qui peut nous aider à obtenir gain de cause avec Alpha Condé », poursuit Cellou Dalein Diallo.

Ibrahima Sory BARRY pour Aminata.com

PARTAGER