La nouvelle vient de nous parvenir. La Direction générale de la Société des eaux de Guinée (SEG) a, en mars et juin 2017, essuyé un scandale d’envergure. Par imitation de la signature et du cachet du directeur général, un total de près d’un milliard 200 millions de GNF ont été sortis du compte de la SEG, domicilié à la Banque centrale. Deux entreprises ayant profité de complicités internes à la SEG, sont pointées du doigt.

Encodi Guinée est la première entreprise mise en cause. Par lettre de virement N°Ref/DFC/GF/050/2017 du 31 mars 2017, 725 millions 995 milles 921 GNF ont été virés à son compte N°0170074004600002 19, domicilié à NSIA. Pour sa part, l’entreprise Matco, en vertu de l’ordre de virement N°Ref/DFC/GF/127/2017, du 16 juin 2017, a récolté dans son compte N°015 0041080001718 96 de UBA, la somme de 466.100.000 GNF. Informé de ce scandale, le Directeur général, Mamadou Diouldé Diallo, s’est immédiatement mis en devoir d’arrêter le processus. Ainsi, le 30 octobre dernier, il a adressé une lettre au directeur de l’Agence principale de la BCRG, en vertu de laquelle il a demandé à ce dernier de procéder à l’extourne de l’écriture.

société des eaux de Guinée SEG, penuerie d’eauMalheureusement, l’intervention était relativement tardive. En effet, du montant viré à NSIA Banque, 120 millions avaient été sortis le 28 octobre 2017. On n’a pu donc récupérer que 600 millions. Le montant viré à UBA, quant à lui, avait été intégralement sorti.

Depuis, le directeur général a saisi les directions des investigations de la gendarmerie et de la police judiciaire, pour des fins d’enquête dont il attend les résultats pour prendre action. En attendant, il a adressé des courriers aussi bien au gouverneur de la BCRG qu’à son ministre de tutelle, Cheick Taliby Sylla, pour des fins d’information.

En tout état de cause, des observateurs au fait du dossier pensent qu’une telle opération n’aurait pas pu être menée sans une complicité très haut placée dans l’entourage même du directeur général. On pense qu’il faut une telle complicité pour permettre la falsification de la signature et du cachet du premier responsable de la boite. C’est à croire qu’au-delà du vol, on voulait aussi incriminer le directeur.

Ousmane Cissé pour Aminata.com

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here