En plus de la hausse du prix du carburant à la pompe, les jeunes qui pratiquent le métier de taxi-moto dans la ville de Conakry sont confrontés à un autre calvaire en cette période d’hivernale. Il s’agit de la rareté des clients.

La Guinée est un pays côtier où il pleut énormément pendant les vacances. Par manque d’emploi, des jeunes ont décidé de se faire créer un métier pour éviter d’être à la merci des gens. Nombreux d’entre eux sont des diplômés qui n’ont pas eu la chance de se trouver de l’emploi avec les entreprises de la place qui pratiquent le métier de taxi-moto.

Le constat en est que, ces jeunes travaillent dans des conditions difficiles en cette saison pluvieuse. Pendant qu’il pleut, les clients se font très rares. Ceux qui négocient avec les motards sont très peu à cause des prix qu’on les fixe depuis l’augmentation du prix du carburant.

Interrogé au centre-ville de Kaloum, Abdoul Karim Diallo a fustigé le comportement unilatéral et proportionné de l’État guinéen par rapport à l’augmentation des produits pétroliers et l’interdiction des taxis moto dans la commune de kaloum.

« Nous avons moins de clients en cette période hivernale qui s’explique par la forte pluie et l’augmentation des tarifs de transport. Actuellement notre temps de travail c’est le moment du petit repos de la pluie parce que les clients ne peuvent pas monter sur les motos sous la pluie ».

Un client rencontré discutant le prix de transport se dit ne pouvant pas supporter le tarif des taxis-motos qui est exagéré. Et selon lui personne n’acceptera d’emprunter la moto quand il, pleut.

Ibrahima Sall pour Aminata.com 

Tel : (+224) 654-72-20-72

 

PARTAGER