El Hadj Mamadou Malal Diallo, président de l'Organisation guinéen de défense des droits de l'homme (OGDH)
El Hadj Mamadou Malal Diallo, président de l'Organisation guinéen de défense des droits de l'homme (OGDH)

Le président de l’Organisation Guinéenne de Défense des droits Humains rappelle qu’un gouvernement n’est pas mis en place dans le but de brutaliser ses citoyens. Il a fait cette annonce ce mardi suite aux opérations de déguerpissements des populations de Kaporo-rails lancées la semaine dernière par le gouvernement guinéen.

El Hadj Mamadou Malal Diallo dit avoir regretté que ce soit le gouvernement, qui devrait plutôt défendre les citoyens, qui soit le premier à les brutaliser.

« C’est le gouvernement qui a le devoir principal de défendre et de protéger les citoyens », a-t-il indiqué.

Il a poursuivi en disant que les victimes se sont organisées en association pour venir les rencontrer. « Sur la base des informations qu’elles nous ont fournies, nous avons, à notre tour, saisi le ministère de la ville et de l’aménagement du territoire pour lui demander de bien vouloir tenir compte de son rôle de défenseur des droits de l’homme en tant que membre du gouvernement. Le gouvernement n’est pas mis en place pour brutaliser les citoyens, il est sensé plutôt de les protéger », a-t-il déploré.

Ibrahima Sory BARRY pour Aminata.com

Tel : (+224) 656 77 52 34