A LA UNEPolitique

Durée controversée de la transition. Lisez

Depuis l’avènement du CNRD au pouvoir le 05 septembre 2021, la question qui a le plus passionné les débats est celle portant sur la durée de la transition.

Dès les premières heures, la communauté internationale, notamment la CEDEAO a exigé une durée de six mois pour un retour définitif à l’ordre constitutionnel, délai qui n’a pas été pris en compte car, plus de sept mois après, aucune durée n’a été communiquée.

A chaque fois que cette question est évoquée, les autorités de la transition ont ramené les interlocuteurs vers l’article 77 de la charte de la transition qui confère aux forces vives de la Nation, en commun accord avec le CNRD la charge de la détermination de la durée de la transition.

Sauf que la charte de la transition n’est pas suffisamment explicite sur la définition du concept de « forces vives de la nation » et la démarche à suivre pour fixer la durée de la transition.

Par conséquent, les autorités de la transition, à travers le Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation ont mis en place un cadre de concertation inclusif avec les différents acteurs de la vie sociopolitique du pays, à travers lequel, elles ont invité ces acteurs à proposer chacun, une durée de la transition. Une démarche qui a été systématiquement rejetée par les plus grandes formations politiques du pays, notamment, l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), Le Rassemblement du Peuple de Guinée (RPG-ARC-EN-CIEL ) et l’Union des Forces Républicaines (UFR), contrairement à certaines coalitions politiques, non des moindres et les plateformes de la société civile qui, eux se sont exécutées et envoyé leurs propositions de durée au MATD.

A LIRE =>  Assises nationales : aux Etats-Unis, la communauté se parle au cours d'une importante conférence

Ce Samedi, 30 avril 2022, à l’occasion d’une adresse à la nation, le chef de l’État, Colonel Mamadi Doumbouya a annoncé qu’à l’issue de la synthèse des différentes propositions, une durée de 39 mois sera proposée au Conseil National de la Transition qui aura la responsabilité de la confirmer ou de l’infirmier.

Suite à cette annonce, les réactions ne se sont pas fait attendre. Les acteurs politiques majeurs ont désapprouvé cette durée et ont annoncé des réunions qui pourraient, selon eux aboutir à des manifestations de rues.

Quand à la communauté internationale, notamment la CEDEAO, sa réaction se fait toujours attendre et pourrait tomber d’un moment à l’autre.

La rédaction de Aminata.com

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »