Doyen Ibrahima Kaba Bah : « de notre génération, il ne restait que lui, Aguibou et moi … »

Elhadj Ibrahim Kaba Bah de la famille Boubandyan qui a fait les bancs de l’école à l’EPS dans les années 40
Elhadj Ibrahim Kaba Bah de la famille Boubandyan qui a fait les bancs de l’école à l’EPS dans les années 40

La nouvelle est tombée dans l’après-midi du lundi, le doyen Saikou Yaya Barry presque centenaire a succombé à une très longue maladie. Une nouvelle qui a jeté comme un vent de consternation sur les guinéens. L’homme était connu pour sa position pacifique et s’employait à recoudre le tissu social guinéen effiloché son cheval de bataille.

Elhadj Ibrahim Kaba Bah de la famille Boubandyan qui a fait les bancs de l’école à l’EPS dans les années 40 et que la nouvelle du décès du président de la coordination Haal pular a abasourdi témoigne :

« C’est un camarade d’école à l’EPS, on s’est retrouvé ensemble là-bas en 1944, il est entré dans l’administration, alors il faisait partie d’un groupe de plusieurs garçons venus de Dabola de la famille de Almamy Aguibou.

Ce n’est (NDLR : ce décès) pas étonnant, à notre âge-là s’en va, de notre génération là ceux qui restaient, c’est lui, Aguibou et moi, les autres là sont tous de l’autre côté… »

En guise de rappel, le doyen Ibrahima Kaba Bah était l’un des enseignants qui avaient été arrêté lors du fameux complot des enseignants réprimés par le président Ahmed Sekou Touré.

Ousmane K. Tounkara