orangeguinee guicopresse UBA

Double scrutin : des journalistes s’inquiètent de leur sécurité

Dans moins de 24 heures, les Guinéens sont appelés aux urnes pour le double scrutin législatif et référendaire du 22 mars 2020. Une élection qui risque de se tenir dans un climat de tension entre les pros et anti-troisième mandat. Une situation délétère qui va exposer les journalistes dans l’exercice de leur métier, le jour du scrutin.

« La journée du dimanche s’annonce avec des inquiétudes, de troubles de temps que le pouvoir et l’opposition, chacun de son camp veut relever le défi lancé. Et là, c’est une grande inquiétude. Dans les grands évènements l’Etat ne dote pas la presse d’une sécurité rassurante. Vous imaginez en tant que reporter être sur la zone de Bambeto ou de Hamdallaye, disons le fief de l’opposition, c’est vraiment inquiétant. Nous allons porter les gilets, nous allons nous murir des laisser passez mais vraiment, ça ne vaut pas la sécurité », a déclaré Mariam Kanté, journaliste Reportrice.

« Moi je pense que le journaliste que ça soit le parti qui conteste ou le parti qui est pour ces élections, on n’est pour personne. Nous nous sortons pour voir ce qui se passe, si les gens viennent pour voter ou non. Si les forces de l’ordre répriment et si les enfants jettent des cailloux ou non pendant ce jour-là. Ça ne veut pas dire qu’on soutient quelqu’un. Donc, nous allons sortir pour couvrir le scrutin », Saidou Diallo, directeur de publication de Louguinee.com.

Conscient du climat de suspicion politique et par crainte d’être agresser physiquement nombre de journalistes vont se résigner à suivre le déroulement du vote à leurs domicile.

« Moi je suis effrayée quand même vue cette allure des choses. Les gens de la mouvance et de l’opposition sont déterminés, personnellement, je ne vais pas risquer ma vie pour sortir couvrir ces élections. Parce que les manifestants sont déterminés. Que tu sois avec eux ou avec les forces de l’ordre, tu n’es pas en sécurité. Les gilets seulement ne peuvent pas assurer notre sécurité je me dis », a lancé Nimatoulaye Diallo, reportrice de Lynx FM.

Malgré cette vive tension, et l’apparition du coronavirus en Guinée, rien ne semble plus arrêter le pouvoir de Conakry dans son projet de doter les guinéens d’une nouvelle constitution.

Ibrahima Sory BARRY pour Aminata.com

Apropos Kindy Dramé

Aminata.com Guineenews politique Guinée site d'information sur les nouvelles de la République de Guinée. Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à Aminata.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 973-477-6624 USA 224-664-328170 ou le 623 52 6 27 Guinee URL http://aminata.com Email: amadou@aminata.com Régie Publicitaire : 83kindy@gmail.com +224 656 0287 25 Conakry/ +336 98 48 57 52 France

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »