Dossier SEG : Oumar Kaba ‘’Baw’’, dit tout !
Noter l\'article

« Dans le cas d’espèce, la pertinence du contenu de l’accusation adressée au Chef de  l’Etat par le DGA de la SEG et son timing, soulèvent une question de morale. »

Cadre en charge de la communication à la direction générale de la SEG, il vient nous expliquer  les dessous sur l’affaire de virements illicites de fonds à la SEG. Ne venant pas avec le dos de la cuillère pour ceux qui attendent les vraies informations, suivez cette interview à bâton rompu…

………………………………  

Le Défi : à la  SEG, la situation financière ferait grincer des dents, après le constat de malversations financières avérées que vous avez découvert suite au rapprochement des comptes de la SEG à la BCRG par le DG. Comment en êtes –vous arrivé à toute cette échafaude de magouilles financières sur les comptes de la société des eaux de Guinée ?

Oumar Kaba : Je vous remercie pour l’opportunité que vous m’offrez d’intervenir dans vos colonnes pour expliquer un sujet qui défraye la chronique en Guinée ces derniers temps. Ceci dit, pour aller droit à l’essentiel de votre question, il m’est agréable de rappeler que c’est Monsieur le Directeur général de la SEG qui a constaté lors du rapprochement du solde bancaire effectué le 27 octobre 2017, deux virements frauduleux débitant le compte de la SEG tenu dans les livres de la BCRG au bénéfice de deux entreprises prestataires de la SEG. Il s’agit des établissements MATCO  par la lettre de virement No. Réf /DFC /GF/127/2017 du 16 juin 2017 pour un montant de 466 100 000 GNF sur le compte No : 015 0041 0800 0171 896 domicilié à UBA d’une part et de l’autre, ENCODI Guinée par la lettre de virement No. Réf /DFC/050/2017 du 31 mars 2017, pour un montant de 725 995 921 GNF sur le compte domicilié à NSIA banque. Soit un total de 1 192 095 921 GNF. C’est le lieu de saluer la vigilance et le professionnalisme de Monsieur le Directeur général de la SEG pour cette découverte fort préjudiciable sur les comptes de la SEG.

 

Le Défi : suite à cette découverte, quelles ont été les démarches administratives pour éclairer la situation et situer les responsabilités ?

Oumar Kaba : le Dg a adressé une série de correspondances aux messieurs le ministre de l’Energie et de l’hydraulique (autorité de tutelle) et le gouverneur de la BCRG, les informant de la délicatesse de sa découverte. Aussi, il a tenu à informer le Directeur de l’Agence principale de la BCRG pour que les fonds illicitement sortis soient restitués dans les comptes de la SEG  domiciliés à la BCRG. De même, les directeurs des deux banques et  ceux des entreprises prestataires incriminées, pour prendre les dispositions utiles. La SEG à travers son avocat a porté plainte contre X.

 

Le Défi : à date, quel est le niveau d’avancement des enquêtes diligentées ?

Oumar Kaba : permettez – moi de vous préciser qu’à ce niveau les établissements MATCO ont saisi directement la police judiciaire, alors qu’ENCODI Guinée a préféré s’attacher les services de la gendarmerie nationale pour des fins d’investigations. Ces différentes enquêtes sont donc en cours et  chacun est tenu par l’obligation de réserve, afin de ne pas divulguer des informations susceptibles de porter préjudice au déroulement normal  desdites enquêtes.

 

Le Défi : vous dites avoir informé votre hiérarchie de tutelle, à savoir le ministère de l’Energie et de l’hydraulique. Quelle a été la réaction de monsieur le ministre de l’Energie – Cheick Taliby Sylla, en réponse au courrier à lu adressée par le Dg de la SEG dans cette affaire ?

Oumar Kaba : Monsieur le Ministre a sollicité de sa collègue de l’Economie et des finances « des dispositions utiles pour une vérification approfondie de toutes les opérations bancaires de la SEG et d’en tirer les conséquences qui s’imposent », dixit le ministre de l’Energie.

 

Le Défi : vous dites bien que le ministre Cheick Taliby a sollicité de son collègue une enquête approfondie sur toutes les opérations bancaires de la SEG, mais  à partir de quelle date, d’autant qu’on sait que lui Taliby Sylla a occupé les fonctions de Dg de cette même société ?

Oumar Kaba : je ne suis ni le signataire, ni le destinataire de la requête formulée par le ministre. Je ne saurais donc par conséquent donner une réponse à cette question.

 

Le Défi : transparence pour transparence, le ministre Cheick Taliby ne serait-il pas avisé d’inclure sa propre gestion à la tête de la SEG, pour ne pas être taxé de faire du deux poids, deux mesures ?

Oumar Kaba : pour être logique, il est bon que lorsqu’on a géré la chose publique, qu’on  rende compte de sa gestion, et ceci à tous les niveaux de responsabilité. C’est un impératif. C’est d’ailleurs un droit pour le peuple, et un devoir pour le gestionnaire.

 

Le Défi : dans la foulée, une note d’information de la part du DGA de la SEG est adressée à Monsieur le Président de la République de Guinée, portant sur les préoccupations autour de la gestion de votre société. Votre réaction à cet effet ?

Oumar Kaba : je vous rappelle qu’à la SEG, il y a les statuts et le règlement intérieur. Si je devais interpeler un de mes chefs hiérarchiques par rapport  à des actes qu’il aura posé, il y a des instances et des mécanismes appropriés pour ce faire. Permettez donc  que ce ne soit pas dans vos colonnes, ni dans aucun organe de presse que je m’exprime sur le comportement, soit-il raisonnable ou indélicat d’un de mes chefs.

 

Le Défi : sans langue de bois, si vous n’étiez pas un cadre de la société des Eaux de Guinée, qu’auriez –vous dit à propos, en votre qualité de citoyen guinéen ?

Oumar Kaba : que si chaque DG ou DGA devait s’adresser à la haute autorité du Chef de l’Etat pour exprimer ses sentiments, frustrations et autres émotions justifiées ou non, je crains fort que le Président de la République ait le temps nécessaire pour s’occuper des véritables enjeux de développement de la nation. En tout état de cause, les cadres assumant une certaine responsabilité doivent être mus par un sens élevé du devoir et de retenue. Dans le cas d’espèce, la pertinence du contenu de l’accusation adressée au Chef de l’Etat par le DGA de la SEG, et son timing soulèvent une question de morale.  En tout cas, la solidarité de tous les cadres et  travailleurs est indispensable, en particulier au moment des crises.

 

Le Défi : vous parlé de timing et de morale. Quelle est donc en fin votre analyse de cette lettre du DGA adressée au Prof Alpha Condé ?

Oumar Kaba : dans sa lettre, au deuxième paragraphe, on peut lire notamment : « En effet il est important  de vous faire savoir que ces préoccupations sont fondées sur des faits qui constituent visiblement les angles d’attaque de vos adversaires politiques », fin de citation. Là, le DGA s’entremêle les pinceaux : du technicien-gestionnaire au politique, il y a manifestement volonté de nuire. Sa démarche porte préjudice à la cohésion et au bon fonctionnement de l’entreprise en sapant son image près des populations en général, et des autorités du pays en particulier. Encore qu’il faille étayer ses allégations par des preuves irréfutables. …

 

Le Défi : dans le fond, que dit le DGA  pour l’information du Président Alpha Condé, qui ne soit  pas fondé ?

 Oumar Kaba : une bonne question. Entre autre, il fait mention  « d’opérations financières et comptables opaques et illicites », citant  les virements au compte des sociétés prestataires – ENCODI Guinée et MATCO, qui ont fait déjà objet de constat et de dénonciation de la part du Dg de la SEG. A propos, les enquêtes sont en cours. II faut juste signaler  en plus que la lettre du DGA ne vient qu’en retard sur les évènements et les procédures engagées par le Dg. On peut valablement se poser donc la question de sa motivation. A propos, les rapports d’audit de la gestion de 2011 à nos jours de la SEG sont disponibles et vérifiables auprès de la Banque mondiale, de l’Agence  française de développement -AFD, et au ministère de l’Economie et des finances.

Le Défi : Par rapport aux différents projets d’eaux pour les populations guinéennes, quelles informations avez-vous pour le quatrième projet d’eau?

Oumar Kaba : A ma connaissance, ce projet est domicilié et géré au niveau du département de tutelle, donc il serait bon de vous rapprocher des autorités du ministère pour d’amples informations.

 

Le Défi : Votre dernier mot Monsieur Kaba ?

Oumar Kaba :

J’invite les travailleurs à redoubler d’effort pour traduire dans les faits volonté du Chef de l’Etat :«l’une des priorités de mon gouvernement est l’accès à l’eau potable pour tous ». C’est le lieu de saluer la démarche responsable du syndicat des travailleurs de la SEG, qui ont sensibilisé sur la nécessité de privilégier  ce qui nous unit, et refuser toute sorte de manipulation tendant à saper la cohésion et l’unité d’action au sein de la société. Merci encore une fois.

 

Propos recueillis par Aboubacar Sidick SAMPIL

 

PARTAGER