Rate this post

Selon des autorités locales contactées par Aminata.com ,près d’une trentaine de personnes dont une femme ont été arrêtées le lundi 12 juin par les services de sécurité. Cette arrestation fait suite à l’incendie volontaire d’une trentaine de cases survenu le weekend dernier dans la localité de Safè, située à 10 kilomètres de la commune urbaine.

Avec cette arrestation des présumés auteurs, les autorités préfectorales semblent prendre désormais cette affaire avec les deux mains. Cela, contrairement aux premiers jours où, les décisions n’étaient pas rassurantes. Car, auraient proposé une répartition des dégâts causés entre la délégation spéciale et la préfecture, et de régler l’affaire à l’amiable.

A en croire une voix autorisée de la préfecture de Dinguiraye, « depuis le vendredi, nous avons mis les services de sécurité en mouvement pour retrouver le jeune qui avait disparu. C’est ce qui nous a permis de le retrouver hier lundi en bonne santé. Aujourd’hui, la balle est dans le camp de la justice qui à notre avis doit continuer à mener les enquêtes jusqu’au bout ».

Mais il se trouve que cette justice est décriée depuis longtemps par certains citoyens de cette ville, qui l’accusent de ne pas rendre des décisions de justice attendues par des uns et des autres.

Pour une des victimes Mamoudou Tall : « les choses commence à aller, car, les agents de Faranah sont venus renforcer ceux de Dinguiraye. Ils sont allés arrêter certains commanditaires ; Nous sommes en train de suivre de près cette évolution. En tout cas, le juge aussi nous a dit qu’ils ont pris cette affaire très au sérieux, qu’ils vont juger et sanctionné les coupables. De notre côté, nous avons porté notre plainte et déposer le devis des dégâts causés, dont le cout total est estimé à 303 000 000 GNF », a-t-il indiqué.

De son côté le Commandant de la Gendarmerie de Dinguiraye, Mamadou Bousiriou Barry a dit que la machine judiciaire est déjà en marche : « le procureur général est informé, on fait les procès-verbaux(PV) et les déférés au Tribunal. Et cela, au fur et à mesure qu’on procède à des arrestations. Peut-être d’ici le jeudi prochain, les 29 personnes arrêtées seront déférées, je suis en contact avec le juge d’instruction. C’est à la justice de faire désormais son travail. Sinon, le camp victime va tenter de se venger et on ne pourra pas maitriser la situation en ce moment on sera en mal avec le président de la République. En tout cas, nous de notre côté nous allons faire notre travail comme ça se doit », a averti le Commandant.

Pour sa part, le juge de paix de Dinguiraye, Elhadj Mamadou Traoré a rassuré les populations de la Cité Sainte d’Elhadj Oumar Tall, de faire un jugement exceptionnel de cette affaire dont les dégâts sont considérables, « aucun aucun auteur de l’infraction de cette manière ne sera épargné si la Gendarmerie et l’Escadron font très bien leur travail, celui qui est d’arrêter le ou les auteurs. La justice ne fera aucun défaut et ne pardonnera pas à ces gens-là, parce que tous les actes commis sont à tendances très criminels. Donc, je demande aux victimes de rester tranquille et de suivre la procédure tout en nous portant confiance », a sollicité le juge.

Dans la nuit de vendredi 9 à samedi 10 juin dernier, dans les environs de 00h, les habitants du secteur Safè ont incendié une trentaine de cases et leurs contenus dans les champs des agriculteurs venant de la commune urbaine de Dinguiraye. Dans ces cases se trouvaient des semences, des habits, des chèvres, des moutons, des poulets. Au-cours de ce triste drame, le jeune Mamadou Yéro Bah âgé d’une vingtaine d’années avait été porté disparu, puis retrouvé deux jours après.

A suivre

Oumar M’Böh pour Aminata.com
+224 622 624 545/666 369 744
mbooumar@gmail.com

[1-click-image-ranker]

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here