[dropcap class=”kp-dropcap”]L[/dropcap]’une des arrivées des êtres humains, quant aux combats menés au détriment de la nature et ses embûches, est la découverte de la science ou la prolifération scientifique. Et, aujourd’hui, en tout lieu de la terre, le progrès scientifique demeure d’une manière à une autre, plus dynamique, que l’ensemble des inventions concourent efficacement et miraculeusement à  l’aide économique, sociale et financière des personnes s’etant procurés ou faisant l’usage d’autant de produits scientifiques. En verité, les mystères que regorge  la science s’avéreraient-ils exceptionnellement une qualité  que seulement le cerveau ou le savoir ou l’intelligence de l’être humain en engendrerait ? Cette nuance ou cette question dans ses aspects ténébreux demeure celle valant d’autant de pensées, de jugements, d’analyses et de réflexions pour la plus part des observateurs, des personnes ne cessant de lier la science et Dieu différemment, ou tâchant de chercher une liaison entre eux. Mais, évaluant les mystères de la science, avec l’assemblage étrange des files, des boutons, des bois et des métaux, il est certain d’en accepter une assistance divine, Dieu ayant alors destiné ou facilité la création scientifique aux savants dont le destin devait-il arriver jusqu’à telle fin. Mais, un autre jugement stipulerai que le miracle de la science ne s’était pas manifesté subitement, que beaucoup d’étapes  en ont été franchises, que de grains à l’arbre  et de l’arbre aux fruits délicieux ou amères, si l’Homme, du reste, s’était fait d’abord de la technique, avant d’atteindre le seuil de l’électricité et de la vapeur. Cette hypothèse, à   dire vrai, du moins, tout à fait fondée, dénotera sans doute, que l’être humain, s’étant décarcassé à triompher sur les embûches de la nature, s’était fatalement  fait, avant tout, de la technique ; et la technique, ayant vu jour partout où l’être humain était apparu sur terre, par les techniques de la chasse, de labour, de la pêche, la métrise des eaux et des animaux, s’avère sans conteste celle étant vraiment naturelle à l’Homme. Naturellement, parce que, en tout lieu de la terre, des embûches de la vie environnementale, avaient poussé l’existant humain à se faire ou à se chercher des moyens de subsistance. C’est pourquoi, le vivant dans la forêt a connu le plus les mystères de cet endroit ; c’est tout comme celui existant dans la savane, tout près des plaines des fleuves, des océans, des zones minières. Alors, c’est ce qui prouve que, le mystère de la technique ayant résulté de la qualité naturelle de l’être humain, la science aussi bien en a eu le même sort. Mais, accepter qu’elle soit issue de la vertu naturelle du genre humain, donc indépendamment de l’assistance miraculeuse des cieux s’avère-t-il concevable si l’Homme  en pousserait des analyses féconds ? En verité, nombreux demeurent en tout lieu de la terre, des personnes dénotant que le pouvoir des cieux n’a rien à voire avec l’évolution scientifique, alors celle-ci naissant de la veritable valeur de l’Homme. Mais, cette verité humaine ne reflète aucunement le sens de la justice, de la verité et de la raison. Mais, quoique certains religieux soucieux de la défense des causes divines, déclareront que Dieu étant le créateur de l’Homme et de son cerveau, des animaux et des végétaux, demeure aussi le créateur de la science et des produits scientifiques, telle raisonnement n’en sera pas la principale, et voire moindre quant à la liaison de la science aux pouvoir des cieux, comme Dieu et ses anges ayant construit sur terre ce monde de l’électricité, de l’énergie et de la vapeur. Et lorsque d’aucuns, de nos jours, prétendent en mauvaise part que la science a subi une évolution indépendante des pouvoirs des cieux, et surtout devenant rivales de Dieu et de ses anges, l’auteur s’insurge et déclare indubitablement, qu’avec toutes ces fameuses réalisations humaines de la science, et ses apports dans l’épanouissement humaine, et surtout avec ces avions, ces industries, ces moyens de communication, ces pharmacies, ces techniques agricoles et de métrise de l’environnement, la science , non plus, ne fut l’objet d’une évolution isolée , qu’elle s’avère directement issue de la manifestation directe de la volonté de Dieu. Et, quoique les savants demeurent loin d’être pareils aux qualités grandissimes des prophètes ou des messagers, la naissance scientifique demeure à fonds d’un appui divin, donc résultant des traces des pouvoirs divins. En verité, un ou des prophètes avaient indubitablement attiré la bienveillance de Dieu sur l’évolution miraculeuse des êtres humains, par des prières ou des bénédictions. Ainsi, le tout puissant façonnant le cerveau de l’Homme vers telle fin, voila l’esprit des savants réussirent à comprendre les mystères se dissimulant à travers la terre et ses constituants, par toute facilité d’inspiration, de compréhension, d’assimilation, de connaissance et de la création subite des idées. En verité, le cerveau de l’être humain, est-ce une création mystérieuse, de telle sorte que, Dieu peut augmenter ses capacités  jusqu’ à se mesurer à tous les défis de la nature et ses embûches. Eh bien, les anges  étant bénéficiaires de ce don spirituel et tout pouvoir, connaissent toutes les sciences de l’existence, de la terre, de l’eau, de l’air, des animaux, des végétaux, des êtres inanimés et du feu. Pour expliquer moindrement la capacité spirituelle des anges, l’on dit que ces créatures disposent des cerveaux producteurs de savoir ou de science.  Alors, lorsqu’ils demeurent au-devant des défis de n’importe quel genre, voila qu’ils produisent des sciences analogues. C’est ce qui dénote que l’esprit des savants a été conçu de telle sorte qu’ils pussent se douer d’idée, d’inspiration, et effectuer des jugements, des analyses ou des réflexions avec constance et persévérance, jusqu’arriver, selon le destin, au résultat voulu. C’est pourquoi, si Dieu daigne qu’une créature humaine dispose de la science pour telle partie de la vie, voila qu’il lui créera avec telle faculté mentale, morale et spirituelle, et ce, que ce soit, la science de la nature ou de l’environnement, la science des Hommes, des métaux ou des êtres inanimés. Du moins, le savant pour telle catégorie de science, en naitra s’en appliquera avec constance, curiosité et en trouva certainement, selon la programmation du destin. De ce fait, avec plus de précision, l’auteur s’excuse de déclarer que son esprit a été conçu de telle sorte qu’il pusse comprendre la nature humaine dans sa dignité, dans sa vrai définition et surtout son rapport avec son créateur, autrement, la veritable distinction du bien et du mal, donc connaitre que tel n’est pas le bien, tel n’est pas le mal, tel est volontaire, tel est involontaire, telle action est aimée ou non par Dieu. Par conséquent, quoiqu’il dispose d’autres connaissances, ne pouvant non plus être engendrée par le cerveau,  il déclare défait que le cerveau de certains êtres humains sont faîtes de telle sorte qu’ils deviennent, selon le destin, des savants, qu’ils pussent découvrir, fabriquer , trouver, expliquer, juger, tous les défis que réservent la  nature et ses embûches. Ainsi, Dieu étant maitre de la science, a daigné que les êtres humains vivent toute facilité de la vie, donc pouvoir déguster les bonheurs de l’existence jusqu’à parvenir à s’en innocenter pour la victoire dans l’au-delà. A son tour, la science ou des produits scientifiques expliquant autant la grandeur de Dieu, elle saura être tout moyen humain de découvrir d’une façon matérialisée certaines préceptes de Dieu annoncés dans les religions.
   LES IDEES  ET LES SOURCES D’INSPIRATION
Admettons qu’une personne qui, depuis la naissance, passe toute sa vie enfermée dans une maison, dans un château ou dans une grande cour, donc sans un moindre contact avec le monde extérieur que les animaux, les végétaux,  les êtres inanimés, et surtout vivant auprès des ignorants ou des illettrés , ou encore, une personne , un aveugle-né, en grandit sans rien voir,  elle sera indubitablement loin d’un savant, et ce, a moins que, le miracle de Dieu s’en manifeste à la faveur d’elle . Ainsi, le cerveau de l’être humain, une création mystérieuse, et quelque soit ses capacités, a autant besoin des nourritures pour s’en épanouir ; et pour cela, faut-il que, Dieu, l’Homme, les cinq organes de sens, les animaux, les végétaux, les êtres inanimés, ou tout ce qui existe sur  la terre,  pussent en être, surtout au cas où De ce fait, quoique, le cerveau des savants ou des premiers savants en étaient naturellement conçus, mais s’il n’y avait pas d’ « idée » ou de « source d’inspiration » ou de «  Destin » ou des « embûches de la terre », il ne pouvait aucunement y avoir de la technique et de la science, ni moindre progrès scientifique. Comment alors s’était engendré les idées et les inspirations de ces premiers savants ? En verité, l’idée est la chose la plus mystérieuses pour toutes les nourritures du cerveau ; de ce fait, savoir que quelque chose est faisable, ou  peut exister ou existe, que l’on n’a pas pourtant encore vu, ni moins senti l’existence, ni moins appris, n’est pas une qualité humaine ; et même l’imagination nait sans doute de l’idée. Alors, l’idée nait d’un sujet , d’une action humaine, animale , végétale, de l’observation de la terre et de ses constituants qui seront toute de suite appréhendées et étudiées par le cerveau selon ses besoins de connaissance ,sa capacité de sauvegarde, de considération, de jugement et d’analyse des notions. Mais, des idées peuvent être nées sans ce canal précédent, ainsi par la manifestation directe de la volonté de Dieu, des rêves, des revelations ou d’autres formes d’intervention divines. L’inspiration, aussi ne nait aucunement du néant, qu’elle peut provenir des mêmes rythmes de naissance que l’idée. Et, lorsque nous considérons l’état mystérieux du cerveau, autrement sa création naturelle et mystique, qu’à un niveau d’application  peut-il s’autoproduire des idées et des inspirations, donc la tête sera susceptible de transformer, de créer, de lier, de distinguer des choses jusqu’à ce que les inspirations ou des idées premières pussent engendrer d’autres : le cas des savants ou des chercheurs d’aujourd’hui. Et, quant aux idées ou aux inspirations naturelles des premiers savants ou des veritables savants, le stratège naturelle du cerveau s’avère considérable. En verité, la faculté de constater, de considérer, de juger, d’analyser les faits est-ce une grande vertu humaine, certifiant que l’Homme s’est mis tout d’abord sur le chemin avec constance et objectif avant de devenir un savant. Alors, le fait de se donner le temps pour toute observation ou pour toute recherche ou de comprendre rapidement les phénomènes ou les choses naturelles se produisant jusqu’à s’en tirer des affaires et s’en faire des idées et des inspirations, et jusqu’en découvrir des choses, stipule que la naissance de la science et de la technique s’est engendrés de la manifestation directe ou indirecte de la volonté de Dieu, Celui ayant façonné le cerveau et orienté l’être humain sur ce sens de découverte en lui conférant cette intention , cette volonté, cette motivation et constance spirituelle, car nombreux demeuraient des gens d’antan ayant constaté certains faits naturels les plus mystiques entre les animaux et végétaux ou des êtres inanimés, sans pourtant pouvoir s’en faire des idées ou des inspirations pour d’autres analyses et découvertes.
   LA CREATION NATURELLE DE LA SCIENCE
De l’ensemble de la terre et de ses embûches, les premiers Hommes s’en avaient érigé tout moyen d’en vivre avec moindre difficulté et souffrance en se faisant des techniques, que pour métriser l’eau, les savanes, les forêts, les terres et les animaux pour toute vie de subsistance. Alors, ces difficultés et ces souffrances les contraignant  et les obligeant à tout travailler, l’esprit de l’être  humain alors  s’en adaptèrent et appréhendèrent d’autant de techniques à amoindrir des peines, donc par se faisant des dabas, des houes, des lances, des pierres taillées, pollues. En verité, l’Homme ne s’était pas fait de ces outils pour s’en garnir les hameaux, mais parce que, il avait la peine de triompher sur la nature et ses guet-apens. Eh bien, les instances applications se multipliant, voila qu’il decouvert les métaux. Réalisant que l’on peut se faire des objets et des outils en mettant aux contacts certains métaux aux brasiers ardents, l’humanité alors changea.  Ainsi, faut-il dénoter que, tous les moyens d’actions de l’être humain furent préparés par le créateur, Dieu ayant crée les cieux, les planètes, pardessus tout la terre et ses constituants. Et, surtout, faut-il appréhender que, si  le créateur n’avait pas adapté le cerveau de l’être humain à la capacité découvrir, d’observer, d’étudier et d’analyser d’une façon continuelle, par extrême nécessité, ou par besoin ou plaisir, il n’y aurait point de progrès scientifique. Alors, Dieu a rendu l’esprit critique pour les personnes ayant eu le destin de découvrir ou d’inventer, tout en leur conférant  toute conscience de jugement, de compréhension des phénomènes naturelles dans une espace de temps bien défini sans aucune contraignante extérieur. Ainsi, des phénomènes animaux et végétaux ou tous autres phénomènes de la nature, l’Homme a eu l’idée que telle chose peut exister, ou est faisable. De l’idée, il réussit alors à imiter les choses naturelles tout s’en agrandissant. En verité, la faculté spirituelle des ancêtres leur permirent à créer l’écriture, à inventer des roues, la monnaie, à conférer aux métaux d’autant d’usages primordiales. Donc, l’âge des métaux, en tout lieu de la terre, avait eu jour, par les réalités de vie identiques qui conférèrent les esprits les mêmes orientations. Mais, cet âge pour beaucoup de partie de la terre, ne changea d’aspect, donc l’opération sur des métaux n’eurent aucun progrès considérable, n’engendrant que certaines techniques d’activités de tous les genres. Alors, comment est-il né l’esprit scientifique ? En verité, la science avait commencé par l’art de penser, que les spirituels définirent autant l’Homme, dans son existence sociale,  économique et le lièrent à son créateur Dieu, que le firent les prophètes. De ce fait, ce changement grandissime des consciences et des mentalités par les prophètes et les grands sages et penseurs, furent la cause de changement de l’usage rudimentaire des métaux, à un usage plus étrange. A savoir, l’être humain réussissant à utiliser les espèces animales , végétales et les êtres inanimés pour d’autres fins , ou d’autres moyens de connaissances et de savoir, sinon que manger, boire ou de se vêtir, créèrent la différence. Alors, comment naquit l’esprit scientifique de celui ou de ceux ayant decouvert l’électricité ? A dire vrai, ignorants, illettrés ou analphabètes n’étaient pas ceux-ci ; ils avaient alors parfaitement la notion des métaux précieux, pardessus tout le fer et sa possibilité de conductibilité de l’énergie, et surtout la qualité de certaines espèces animales et végétales, ou encore des êtres inanimés quant à la production de l’énergie. Partant de là, la naissance de l’électricité s’avérait fatale ; et de l’électricité, la science des métaux précieux a vu jour, par d’autres découvertes ou augmentation des recherches antérieurs.
DIEU ET LES SAVANTS DES METAUX
Lorsque, nous considérons un produit scientifique, tel que l’avion, nous réalisons indubitablement que tous ces constituants proviennent de la terre (des métaux, des eaux, des animaux et des végétaux). Alors, ce sont ces richesses naturelles ayant poussés nos premiers savants à penser à l’existence des sciences des métaux, après que Dieu, rendant leurs cerveaux critiques, leur avait fait intéresser à telle fin scientifique. Ainsi, le savant demeurant celui  spirituellement avancé, est-ce une créature humaine, que toutes les autres, ayant eu le destin et la faculté de mener telle recherche ou découverte, après toutes idées ou inspirations venant des phénomènes naturelles, ou de l’usage des traces scientifiques laissées par les prédécesseurs. Les savants devenant alors loin des prophètes, ces derniers étant des alliés du tout puissant, ils deviennent sans conteste des créatures se présentant avec leurs comptes le jour de la ressurection, donc pouvant si bien vivre l’enfer. A savoir, les prophètes ayant consacrés toutes leurs vies à l’adoration et à l’enseignement de la divinité, le savant,  quant à lui, selon le destin, s’est fié selon le destin, à ses fins artificielles. A  ce point, nombreux demeurent des gens croyant que, les savants ayant faits ces inventions forts capitales pour l’humanité se passeront des châtiments de l’enfer ; mais, ceux jugeant cela ainsi , doivent-ils savoir que le bien de ce monde appartient à toutes les créatures humaines y vivant, et ce, selon les programmations naturelles et justes du destin ; de ce fait, un être humain naturellement intelligent peut-il prospérer sur terre, alors que loin de la divinité des cieux, mais vivant dans le destin dans son bien. Ainsi, est-ce que tous les savants en étaient pour Dieu ? Le besoin d’imitation des œuvres naturelles  était-il pas orienté vers la contestation de la grandeur de Dieu pour la plus part des savants ? En verité, les savants ayant  accepté la réligion, et surtout s’étant référé des choses naturelles pour compatir aux progrès de l’humanité, au detriment de la souffrance et des embûches de la nature, seront les plus admis le jour du jugement dernier. Eh bien, un homme ayant fait une bonne action sur terre, et que, cette œuvre, en son vivant ou après sa mort, sert ses prochains, en bénéficiera des bonnes récoltes ou des biens à la part du tout puissant le jour de la ressurection, sinon que cette œuvre-ci ne fut faite contre Dieu, ou que l’objectif de l’auteur ne fut de contester la grandeur de Dieu. Ainsi, si beaucoup d’œuvres scientifiques sont faîtes contre Dieu, le créateur n’en récompensera aucunement les auteurs, et ce, quoique, leurs importances ou leurs utilisations pour l’humanité s’avèrent fondamentales ou indispensables. C’est pourquoi, il s’avère autant difficile de comparer les prophètes aux autres créatures de la terre, quelque soit les grades et les emprises sociales de ces derniers ; à savoir, Dieu avait innocemment choisi ces messagers pour telle mission divine ; mais, sinon ceux-ci, Dieu peut destiner une chance, une tache ou une œuvre importance à un être humain en lui conférant une grande science de la vie, sans que cette personne ne soit dans le monde de biens. En verité, telle action divine résulte de la fatalité du destin, qui, étant si puissant, que le pouvoir des cieux ne peut changer, Dieu laissant ainsi la justice et la verité, se manifester selon le calendrier naturel. Eh bien, les prophètes etant loin des péchés, seules ces créatures superieurs et justes seront exemptés- s’il avait eu lieu – des péchés résultant des mauvais agissements intervenant dans leurs missions ; mais, toutes autres créatures humaines, connaissant la notion de Dieu, de péché, du jour de la ressurection, de la religion, du destin, des prophètes, et s’étant conduit dans le monde de mal volontairement, n’en sera pas rémissible le jour de la ressurection.
LA RELIGION ET LA SCIENCE
L’Histoire de l’Homme sur terre demeure si vaste que le monde passé et ses contenus ne sont encore parfaitement détectés, autrement les causes engendrant ces grands mouvements, événements et actions d’antan, donc les raisons divines. Mais, nonobstant tout, faut-il constater et admettre que la vraie science  n’avait vu jour qu’après l’arrivée des prophètes ou la fondation des religions. Et, comme nous le disons au début, que la réligion a été pour l’être humain un moyen d’épanouissement mental, moral et spirituel, donc pour loin d’être que des premiers Hommes  n’existant que pour des besoins primaires. En verité, c’était les difficultés et des peines résultant de la nature et ses guets-apens poussant l’homme à agir, parce que, n’avait-il aucun besoin de connaissance de la terre et de ses constituants. Mais, la réligion naissant lui a poussé à s’intéresser des problèmes de l’existence, donc à découvrir les connaissances et les savoirs dissimulés dans la terre. Ainsi, la réligion engendrant la science, le Tout puissant a voulu qu’elle existe, avant qu’il daigna donner cette capacité spirituelle à l’être humain de pouvoir découvrir les savoirs ou les connaissances s’engouffrant chez les espèces animales, végétales ou chez toutes les créations, que l’homme préhistoriques n’en demeuraient nullement, lesquels, devenaient intelligents , malins , rusés ou stratèges qu’après avoir succombé plusieurs fois dans telles difficultés ou peines d’activités. La religion complémentant l’être humain, lui enseignant ou lui informant de ce qu’il ignorait auparavant, a été alors le valant de tout cheminement spirituel. Mais, de nos jours,  nombreux demeurent des religieux prenant pour honte cette croissance scientifique, l’invention de ces multiples de choses, comparant alors la science a Dieu, et surtout, par conséquent en devenant des renégats, réservant de grands mépris à sa grandeur sublime, le créateur des deux mondes. En verité, ce sont ces ignorances, ces préjugés, ces mésaventures spirituelles ayant poussé l’auteur à choisir ce thème «  Dieu et la science », afin que l’être humain sache se rejoindre à son créateur, le maître du monde, pour que, en fin, ne se soit pas trompé avec ces produits scientifiques. Au demeurant, il n’est nullement admissible que Dieu ait classé la science et ses œuvres dans le monde du mal,  et surtout avec tous ces usages primordiales, quoique certaines de ses branches compromettent la vie humaine, et encore, quoique, le Satan, dans son existence, devient sources de tous les esprits ou œuvres sataniques. Eh bien, l’existence de la science a donné un grand enseignement : « Si l’homme a  inventé ou a fabriqué des tas de choses, cela ne prouve-t-il pas que Dieu soit le créateur de tout ce qui existe ? » En verité, cela s’avère autant admissible pour Dieu, dont l’existence fut prouvée sans conteste par les anges et les prophètes.
                                                            
LA DIFFERENCE ENTRE DIEU ET LES HOMMES
Dire «  Dieu de Noé, d’Abraham, de Moise, de Jésus et Dieu de Mohamed », est-ce une vocation à signification grandissime allant surtout à l’encontre des idéaux ou des philosophies de ceux ne croyant à l’existence de Dieu, pour lesquels  serait le fruit d’un fait d’hasard, la terre et ses constituants. Savons-nous qu’ont représenté sur terre des hommes et des démons, ces créatures les plus sublimes de l’existence, lesquels, sans cesse, ont révélé et démontré sans ambigüité, et surtout de tout miracle et toute intelligence, l’existence de Dieu ? En verité, est inhumain, toute personne ne s’étant rassuré de l’existence de Dieu, malgré l’arrivée de ces prophètes, dont leurs valeurs et pouvoirs, du reste, n’ont pas été égalisé ni par un être humain, ni par un démon de la terre ; et ne pas accepter l’existence de Dieu, c’est nier la présence des prophètes sur terre. Et pourtant, est-ce une animosité pour l’Homme d’aujourd’hui ayant refusé que Dieu n’avait pas envoyé des êtres humains sur terre pour enseigner sa miséricorde, son omnipotence, omniscience et omniprésence. Eh bien, la supériorité des anges aux créatures humaines et démons, fut prouvée et démontrée par les prophètes. En verité, il n’y a pas une œuvre humaine que les créatures des cieux ne peuvent faire ; et lorsque l’Homme fait une grande science, les anges, quant à eux, en feront pareils sans cesse, et voire avec de différentes formes. Ainsi, la science de ces créatures étant sublimes, les savants sur terre, ne font qu’en bénéficier une infime partie les poussant ainsi à inventer  tous les biens ; à savoir, si l’Homme sur terre bénéficiait du cerveau ou du savoir-faire des anges et en matérialisait, ils découvriraient de multiples choses dont la connaissance échappe de l’intelligence de l’être humain. Ainsi, il n’y a pas une œuvre humaine que les anges ne connaissaient pas auparavant l’existence ; et de là, il est fondamental de croire que Dieu a crée le cerveau en y inculquant toutes les facultés de découverte et de d’invention des choses artificielles ; sans cela, à dire vrai, il n’y pouvait aucunement avoir de réalisation humaine. En verité, tout le monde réalise sans conteste que la subtilité, la perspicacité de l’esprit, la capacité de compréhension, de captation et de création des idées et des inspirations prouve la création mystérieuse de cet organe par le créateur ; et le jour où un être humain bénéficiera de la capacité spirituel d’un ange ou d’un archange, le monde  vivra des nouvelles inventions inégalables, que l’ensemble des savants associés de toutes les races ne pourront inventer ou fabriquer. Avant cela, que Dieu daigne améliorer la science des savants vivants pour que l’être humain vive toute facilité de la vie pour le bonheur des deux mondes.
LA SCIENCE RELIGIEUSE
Certes, l’être humain qui bénéficiera de la capacité mentale, morale et spirituelle d’un ange, surtout ne devenant ni prophète, ni messagers, deviendra le plus savant de tous les savants de l’histoire pour toutes sciences artificielles. Eh bien, la science religieuse est l’esprit et la conscience que le tout puissant lègue directement et indirectement à ses créatures choisies pour telles missions divines sur terre. Les détenteurs principaux de cette science furent les prophètes ou les messages, avec leurs sublimes sapiences, moralités, mentalités et spiritualités grandissimes. La science religieuse n’est pas tout à fait du pouvoir du cerveau, si l’esprit de l’être humain, non plus, ne pouvait  connaitre la volonté , les préceptes ou les commandements de Dieu, et surtout dévoiler ce qui est dans les cieux, et ce, a moins que le tout puissant ne les fasse découvrir par la voie des rêves ou des revelations nocturnes. Les non prophètes, inculquant aussi le savoir-faire et le savoir-vivre des prophètes, que les grands religieux d’aujourd’hui, voila aussi bénéficient de cette science. Eh bien, les prophètes, devenant les créatures humaines les plus intelligents et les plus sages, les religions de Dieu sont celles naissant des documents saints révélés autant par Dieu ; et la science divine a fait que la plus part des prophètes se connaissaient, quoiqu’il eût fallu des siècles avant que certains naquissent. C’est tout comme les livres religieux ; certains révèlent des faits antérieurs, forts éloignés dans le temps, des prophètes ou des hommes mystérieux. Alors, comment se fait-il qu’un livre religieux explique des histoires des Hommes ou des faits prophétiques sans référence à aucun document humain, ni par le biais d’aucuns historiens ou chroniqueurs ? En verité, la science religieuse s’avère autant sublime, et les prophètes ont sans cesse relaté les événements passés et ceux devant venir.
LA SCIENCE POSITIVE ET NEGATIVE
Pour croire à l’innocence des pouvoirs des cieux, faut-il reconnaitre le programme divin d’éradication ou d’effacement du mal, qu’a été autant révélé par l’arrivée de ces milliers de prophètes et messagers. Et, si aujourd’hui, la mauvaise interprétation du vrai sens de certains versets religieux ou de certaines actions ou mouvements des prophètes et de leurs compagnons, fait croire à l’Homme que Dieu a été le créateur de tous les maux de la terre, et comme si c’en était un destin, toute fatalité, il est  tout à fait loin de la  bienveillance du créateur de tout ce qui existe. En verité, Dieu ne créant que du bien, le mal de toutes les formes sont-ils alors engendrés de la mauvaise pratique du bien. C’est comme si un constructeur d’automobile. Une bonne usine ne représentera que des produits garantis ; donc, c’est sauf après certaines incidences, que la machine se portera en mauvais état. Ainsi, les premières sciences furent sans conteste fondées pour l’action de bien, pour l’épanouissement décent de la vie des êtres humains ; alors l’esprit scientifique était-ce celui au début se préoccupant surtout,aux maux résultant de la nature et de ses embûches. Mais, certaines inventions de l’Homme pour son avenir ont causé sa propre ruine ; alors, la science négative, appuyé par le Satan naturel, a orienté l’esprit de l’être humain vers des inventions terribles. Hélas, toutes inventions ne favorisant pas l’épanouissement mental, moral et spirituel de l’Homme, et surtout ne contribuant pas aux progrès de l’humanité reste banni par Dieu. Dieu le créateur des Hommes sur terre, a usé de tout pouvoir à faciliter la vie de toutes ses créatures humaines.
     LES ENSEIGNEMENTS DE LA SCIENCE
La  création loin  d’être que le fruit d’un fait d’hasard, le tout puissant n’a tardé sans relâche d’en prouver, par l’existence intelligente et savante de l’ensemble de ses créatures. Les anges, dans les cieux, ayant justement accompagné les prophètes de l’histoire, ont témoigné l’existence d’un maitre de tout ce qui existe. En verité, ceux-ci, se manifestaient toujours au nom de leur dirigeant ; et de leurs manières, l’on comprenait bien qu’ils dépendaient si bien d’un ordre. A savoir, si les anges ne dépendaient pas d’un ordre, ils auraient anéanti la terre et ses constituants, si le mal des anciens contre lesquels ils infligeaient des châtiments, se multiplient de génération en génération ; et s’ils n’agissaient pas par ordre d’un supérieur, il aurait eu des infinis de prophètes sur terre. Les êtres humains, aussi bien, constituent  des mystères, justifiant que cette création s’avère loin d’être le fruit d’un fait d’hasard. La création mystérieuse du corps humain avec son fonctionnement incroyable, les nerfs ou les cinq organes de sens liés au cerveau, atteste que le hasard non plus, ne pouvait en engendrer, et si, surtout aucun être humain n’a pu en imiter. C’est tout comme la création mystérieuse des espèces animales et végétales ou des êtres inanimées remplissant la terre. Toutefois, faut-il savoir que le créateur s’est autant exprimé par le biais de ses créations et de toutes ses œuvres artificielles. Avons-nous vu des plantes, des êtres inanimés, des animaux et des êtres humains, dont leurs aspects enseignent ou rappellent la grandeur de Dieu. De ce fait, autant des œuvres artificielles de l’Homme, pardessus tout la création scientifique fait cas à cette verité , surtout le pouvoir des cieux ayant daigné faciliter selon le destin, ce progrès humain, en façonnant le cerveau  jusqu’à pouvoir découvrir, constater, étudier ou comprendre les phénomènes ou des faits naturelles par toutes analyses et jugements cohérents de l’esprit. Eh bien, l’homme s’étant fait la science pour ses fins artificielles, n’a pu comprendre ce qu’elle a été pour la découverte de la grandeur de Dieu. En verité, si l’Homme étudiait toutes ses œuvres après leurs fabrications, il en aurait compris autant la raison sur toutes les indications divines dictées dans les religions.  A ce point, cette science pourrait disposer de quatre fonctions fondamentales : la première, faciliter la vie humaine contre les embûches de la nature ; la deuxième, découvrir d’une autre manière la grandeur de Dieu par la découverte de certaines œuvres divines cachées au dessus de la terre, dans le sous-sol et dans l’espace ; la troisième, expliquer ou témoigner certains préceptes ou informations de Dieu dictées dans la réligion ; la quatrième, contribuer à l’accomplissement des desseins des savants et inventeurs. Au demeurant, la science, dans son arrivée, a prouvé, selon les hommes attentifs et observateurs,  que toutes choses disposent d’un cœur et d’une âme, pardessus tout, les créatures animées de la terre, les hommes et les animaux. « Cette démonstration de la science  et ses produits, attestent que la création, non plus, ne demeure le fruit d’un fait d’hasard, ayant si bien un créateur, le Dieu des prophètes et des messagers, celui ayant doté toutes ses créations d’un cœur et d’une âme ». « Tout être humain nait innocent, et le mal, non plus, n’a été engendré par Dieu. La science en a prouvé autant, si les bonnes usines, fabriquent des produits de qualité de meilleur. Et, s’il s’agit des produits de fonction indéniable, tout dénote aussi le rôle fatidique du satan naturel.
La science et le monde de l’au-delà : l’homme arrêté sur terre, et les yeux vers le haut, conçoit un mystère, l’ensemble du ciel, de la lune, des étoiles et du soleil. En verité, l’on ne peut contempler intentionnellement l’une de ces astres, sans penser à Dieu à la suite, ou à la vie de  l’au de là; et souvent l’on est impressionné, et voire, de fois,  pris de certaines peurs. Mais, l’une des œuvres du Satan, fut de dénaturer les esprits et les consciences de la plus part des êtres humains, à ne point tenir l’existence de ces choses miraculeuses au dessus de la terre. Et, savoir, tous ses astres observés à part, confère les mêmes impressions. Mais, lorsque  l’homme a réussit à mettre pieds sur la lune, cette œuvre le plus mystérieux de la science, lui a conféré de grands enseignements : le premier, le fait a témoigné que tôt ou tard, et quelque soit la durée de l’existence humaine, l’homme finira à trouver son créateur Dieu  , donc la fin du monde fatidique ; le deuxième, il certifie la montée et l’existence des prophètes dans les cieux ; le troisième, il démontre pour vrai l’existence du paradi et l’enfer, donc l’entrée fatale dans ces logements eternels ; le quatrième, l’existence des Anges et d’un Dieu suprême. A savoir, si l’homme savait ce que la lune représente pour la vie de l’existence, il aurait compris tout avant que tout soit  dévoilé, Dieu est grand. Car la capacité ayant poussé l’homme à exécuter tel exploit, selon le calendrier naturel du destin, n’empêchera aucunement Dieu à tenir à ses engagements.
La science et le soleil : représentant le miracle des miracles, l’existence du soleil seul réussira à prouver l’existence de Dieu et à témoigner l’arrivée de la fin du monde, donc le jugement de toutes les créatures humaines et Démons de l’existence. A savoir, à partir du moment où l’existence du Dieu a été prouvée, la vie de l’au-delà existera indubitablement. Alors comment le soleil a été l’œuvre d’un créateur ? Lorsque nous examinons la nature, l’environnement ou toutes les parties de la terre, nous réalisons qu’aucun objet ne peut emmètre la lumière d’elle-même et que ses rayons  portent à grande distance ou qu’ils soient accablants ou impénétrables. Alors, le soleil disposant de cette nature et surtout fixé dans le ciel, s’avère loin d’être une lumière sans créateur. Ainsi, aucun objet ne peut émettre des rayons mystérieux de telle façon, et que cela soit le fruit d’un fait d’hasard, ou que cela ne soit fait par un créateur ou un auteur. Pour le prouver, la lune en a démontré autant, sa  lumière surtout venant du soleil ; alors le soleil aussi viendra d’un créateur de rayons solaires. Car, à savoir, s’il n’y avait pas de liaison mystérieuse entre ces deux astres, la lune n’aurait été pas, à son tour, un mystère pour exister pendant l’absence du soleil. Eh bien, l’existence du soleil comme étant le fruit de l’œuvre d’un créateur, est aussi bien prouvé par la science. Elle a prouvé aucune ampoule, ni lampadaire, ni de torche, ne peut émettre de la lumière d’elle-même, sans qu’elle ne dispose d’un moyen ou d’une source. Et nos villes soient illuminées par le courant, il viendra de sources différentes.
Le satellite et la vie de la terre : à dire vrai, la science ne fut non seulement tout moyen de facilitation de la vie, mais , aussi, a permis la découverte des mystères se cachant dans l’espace, non pas , visible par l’œil humain, ces œuvres grandissimes ne devant point être le fruit d’un fait d’hasard. Et lorsque, l’homme s’assura que la terre non plus  n’est  seule planète, et que le monde est plein de mystère, doit-il à dire vrai avoir peur de Dieu, le seul capable créateur de toutes œuvres. Eh bien le satellite a permis à l’homme à voir partout sur la terre, avec des informations aussi bien acceptables. Cette création scientifique prouve combien de fois Dieu voit de très prés toutes ses créatures de l’existence et surtout observe toutes leurs actions en tout lieu de la terre, voire dans les tunnels ou coins de l’existence. En verité, l’invention du satellite, tournant au dessus de la terre, fut l’œuvre de l’homme ayant vraiment dévoilé d’une autre manière l’existence de Dieu. Et si l’homme se fut assuré être observé par le satellite en tout lieu de la terre, a-t-il raison de n’est pas croire à l’existence de Dieu, Celui lui connaissant justement et profondément. En verité, Dieu a eu besoin de la science avant de façonner le cerveau jusqu’à telle fin ; et lorsque, d’aucuns croiraient est la science est rivale des religions ou des pouvoirs des cieux, Dieu les dira qu’IL a voulu que la science soit, sinon il n’y aurait eu aucun savant sur terre.
L’avion et le parachute : souvent si l’on aperçoit l’avion ou un parachute en haut, l’on pense rapidement à l’oiseau, mais aussi bien aux anges dans le ciel. En verité, ces œuvres scientifiques font sans doute cas à l’existence des créatures dans les cieux. Voir un avion de combat dans le ciel  confère à l’homme une grande peur, mais celle de la vision d’un ange dans le ciel devient le pire. Et lorsque, un avion transporte des centaines de personnes, cela signifie qu’un ange peut sauver toute une société en le poussant vers le progrès ; et lorsqu’un avion compromet la vie des centaines de personnes, signifie qu’un ange peut anéantir toute une société.
L’ordinateur ou l’internet : eh bien, la science devient un mystère, au point que, l’homme a fait une chose lui dépassant autant et grandement. Et voila devant l’ordinateur, il a le monde devant lui, qu’il peut tout connaître et savoir, et même des informations actuelles. De cette invention, l’homme n’est pas sans savoir être connu de la sorte par le pouvoir des cieux, lui connaissant de toutes les manières, dans le passé, le présent et le futur. En verité, la capacité d’un ordinateur ou de l’internet, en comparaison, peut être liée au  moins au cerveau d’un ange. En verité la capacité spirituelle d’un ange demeure sublime qu’ils pussent s’entretenir à la fois avec tous les êtres humains de la terre.
La télécommande, le radar et le bouton d’une machine : la science progressant la vie humaine, a matérialisé moindrement le pouvoir des esprits invisibles, tels que les anges. En verité, ces créatures célestes peuvent commander à des plusieurs de kilomètre le mouvement des Hommes en très bonne part, et ainsi pouvoir détecter toutes obstacles mêmes dans les endroits les plus obscurs ou plus éloignés de la terre. Et un seul bouton ou seule action de la main  réussissant à causer de grandes actions, voire éteindre le courant d’une ville, voire soulever des fardeaux, atteste le stratège des créatures des cieux, ceux pouvant nuire à toutes actions humaines ou arrêter l’existence humaine.
Le téléphone, la radio et la télévision : ces réalisations scientifiques font aussi le pilier de la science, qu’elles constituent des mystères. En verité, si Dieu n’avait pas décrété la science, il n’y aurait  eu point de progrès scientifiques, le pouvoir des cieux ayant tout préparé avant l’arrivée de l’être humain sur terre. Eh bien, par le téléphone, la radio et la télévision, l’on réalise parfaitement que l’homme peut être entendu par son créateur, et que la vie de cette terre n’est qu’un rien, comme une personne vivant dans son salon, donc comme une traversée. Le téléphone, l’avion et le train à grande vitesse, à dire vrai, enseignent  que la vie de cette terre n’est qu’éphémère, et que l’arrivée est l’au-delà.
Le cameras de surveillance : ce produit scientifique, enseigne à l’homme l’existence des anges gardiens lui transcrivant toutes ses actions de bien ou de mal. En verité, l’être humain étant  assuré être filmé par un appareil monté dans un endroit inconnu, a-t-il raison  de ne pas croire être suivi par des créatures invisibles.
Dieu est grand. Et voila, le créateur  a réussi à s’exprimer de toutes les manières à ses créatures humaines sur terre. En premier lieu, démontrant son existence par le biais de ses créations mystérieuses, que le soleil, les créatures animées et inanimées, et surtout par ses prophètes et anges, voila que, de l’œuvre de l’homme, IL s’est exprimé autant. Ainsi, ces indications témoignent autant que rien n’appartient à l’être humain sur terre, ni corps humain, ni son cerveau et ni ses œuvres ; et Dieu ayant daigné alors que tout soi, tout Lui retournera tôt ou tard que cela fera. De ce fait, les hommes refusant de prier ou d’adorer, pour le seul fait que la science et ses produits scientifiques ont mystifié la vie, n’ont pas pourtant compris qu’il n’y a pas une bonne œuvre sur terre que Dieu n’a ou n’avait pas daigné l’invention, qu’Il a facilité tout et a préparé tous les champs d’actions des savants, des intelligents ou des chercheurs. Et ceux croyant que, avec  la science, l’Homme a transgressé les lois divines, s’en est fait du tords ; et quoique les savants ou certains, surtout ceux ayant hérités de l’intelligence de leurs ancêtres, eussent agi sur le chemin du Satan, mais le pouvoir de Dieu est tel qu’IL peut utiliser toutes ses créatures de l’existence, donc les pousser à agir a son gré en obéissant à sa volonté sublime, et selon le destin dans son bien et dans son mal. Eh bien, les mystères de la science et ses produits scientifiques, ont témoigné autant le pouvoir grandissime des créatures des cieux. Et partant de l’esprit ou du cerveau, le tout puissant en le mystifiant autrement, peut remplir le monde des savants à tous les niveaux, et attiser le pouvoir de création des idées et des inspirations. Et lorsqu’un être humain aura la capacité spirituelle d’un ange, ses œuvres seront de très de grande valeur et découvrira les plus grands mystères de l’existence.

PARTAGER

1 COMMENTAIRE

  1. Aminata – Dieu et la science par Camara Amadou Lelouma: ’une des arrivées des êtres humains, quant a… – Guinée

  2. Aminata – Dieu et la science par Camara Amadou Lelouma: ’une des arrivées des êtres humains, quant a… – Guinée

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here