orange guinee guicopres uba guinee votre

Dansa Kourouma : « on est capable utiliser d’autres stratégies »

Le président du Conseil National des Organisation de la Société Civile Guinéenne (CNOSCG) très remonté contre la réaction des forces de l’ordre les empêchant de faire leur marche pacifique contre la hausse du prix du carburant à la pompe ce lundi 23 juillet 2018, indique d’utiliser d’autre stratégie pour se faire entendre pour la prochaine fois.

La Société Civile était autorisée de faire leur manifestation de la tannerie jusqu’au stade de 28 septembre. A la dernière minute, cette autorisation a été levée par le gouvernorat de la ville de Conakry interdisant la tenue de la marche.

Malgré cette décision des autorités, la société civile est sortie comme c’était prévu pour faire la marche. Au lieu où ils se sont mobilisés avec certains jeunes en colère, les forces de l’ordre les ont dispersés avec de gaz lacrymogène et les manifestants ont été pourchassés dans les quartiers.

Les leaders de la société civile ont aussi pris la fuite pour aller se refuser dans des certaines concessions environnantes. Dansa Kourouma, président du Conseil National des Organisations de la Société Civile Guinéenne (CNOSCG) a dénoncé une violation de la constitution de la part des autorités les empêchant de faire leur grève.

« Les forces de l’ordre sont venus nous bloqués pour ne pas qu’on marche, pourtant on a respecté les règles nous autorisant de faire la marche. Ils ne peuvent pas attendre jusqu’à la veille pour nous dire qu’on ne va pas marcher, cela est inadmissible. C’est une violation de la constitution guinéenne. S’ils continuent à nous empêcher de marcher comme ils l’ont fait aujourd’hui, nous sommes des légalistes, on est capable  utiliser d’autres stratégies », a-t-il menacé.

En empêchant cette marche d’avoir lieu, 6 manifestants ont été arrêtés dont humoriste Mamadou Thug fait partir. Selon le directeur national des unités d’intervention de police, ils ont reçu l’ordre des autorités pour empêcher la tenue de la marche. Ceux qui sont arrêtés seront sanctionnés selon la loi.

« On applique l’ordre du gouvernorat qui interdit la marche d’aujourd’hui. Tous ceux qui ont été arrêtés seront mis à la disposition de la justice. On a appris qu’il y a eu 6 arrestations  pour le moment », a indiqué général Anssoumane  Bafoé Camara.

Suite à la pression, la société civile était obligée de reboucher chemin en attendant d’étudier leurs prochaines stratégies.

Ibrahima Sory BARRY pour Aminata.com

Tel : (+224) 656 77 52 34

Apropos Alpha Oumar Diallo

Alpha Oumar Diallo est journaliste de formation. Issu de l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), ce jeune pétri de talents et d'objectivité a travaillé dans de nombreuses rédactions en Guinée et a collaboré avec de médias étrangers. Passionné de l'écriture, il traite régulièrement des sujets d'actualité en toute impartialité et fait des analyses objectives.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »