C’est à Conakry qu’elle a inhumé son père, au cimetière de Kameroun, au quartier Camayenne dans la commune de Dixinn. Elle était avec des parents, amis, collaborateurs et admirateurs.  

Dans la chanson intitulée “Mariam Ikana Kassi” ou “Mariam ne pleure plus“, Saran Kamissoko replonge dans les souvenirs de la vie de Mariam Sako Hall Konaté avec son père avant que ce dernier ne meurt en 2009 de suite de maladie. Mariée à l’ancien président de la transition le général Sékouba Konaté et mère attentive d’une charmante fillette, Mariame Sako continue de pleurer la mort de celui qui a façonné sa vie.

Mariame Sacko Hall Konaté et son défunt père, l'ancien diplomate Lansana Sako
Mariame Sacko Hall Konaté et son défunt père, l’ancien diplomate Lansana Sako

Aujourd’hui, Saran Kamissoko a fait sortir une chanson pour lui demander de ne plus pleurer. “Cesse de pleurer. Tu es née dans le pouvoir et tu as grandi dans le pouvoir. Donc, tu ne dois plus pleurer“, entonne la chanteuse en langue malinké.

Pour reconstituer leur relation, Saran Kamissoko a eu le soutien manuscrit de Papingo Camara et la narration de la concernée. “Mon père m’a quittée il y a 8 ans mais il m’arrive souvent de pleurer sans cesse“, se confie Madame Konaté à Aminata.com. “J’ai eu l’honneur et le privilège d’avoir un papa qui m’a préparée pour la vie, il aimait dire que le premier Mari d’une femme c’est son éducation ! Donc, il m’a toujours poussée à faire des grandes études. Il était mon héros, mon model et ma seule référence. Il a fait de moi ce que je suis aujourd’hui“, martèle-t-elle.

Scrutant des photos et des vidéos de souvenir, l’artiste mandingue chante le passé d’un diplomate qui malgré sa fonction d’Etat bien chargée s’est bien occupé à lui tout seul de sa fille. Lansana Sako a pris tout son temps pour donner une bonne éducation à sa fille. “Madame Sako Hamide est ma mère. Elle est la meilleure mère qu’une fille peut espérer avoir“, explique-t-elle.

S’inspirant de la  bonne éducation qu’elle a reçue de son père, Madame Konaté est au service des milieux défavorisés. Elle est prompte à venir en aide aux pauvres. Depuis plusieurs années, elle est activiste sans relâche dans la défense des droits des jeunes filles et des femmes. Depuis l’outre-tombe, son père est sans doute fière d’elle. C’est pour cela, comme l’a dit la chanteuse, Mariame ne dois plus pleurer.

Alpha Oumar Diallo pour Aminata.com

alphanyla@gmail.com

+224 656 391 976

 

 

PARTAGER

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here