Réunion de coordination des partenaires technique et financier sur la santé reproductive et communautaire de la région de Kindia
Réunion de coordination des partenaires technique et financier sur la santé reproductive et communautaire de la région de Kindia

La Direction Régionale de la Santé (DRS) de Kindia avec l’appui technique et financier de la GIZ à travers leur Programme de Santé de la Reproduction et de la Famille (PSRF) à organiser au titre de 2019, la première réunion de coordination des intervenants en santé reproductive et communautaire le 31 Juillet 2019 à Coyah.

Cette rencontre qui a pour but de mettre en place une meilleure planification des actions et qui vas relever les difficultés et les disparités existantes dans la mise en œuvre efficace des interventions en santé sexuelle et reproductive (SR) et à base communautaire (SBC) regroupe 49 participants dont 37 non-résidents et 8 Partenaires et ces participants auront pour charge de faire des propositions en vue de leur amélioration. Au paravent une Plateforme multisectorielle de la santé communautaire au niveau national il a été mis en place. Cette plateforme constitue un cadre pour assurer le suivi et la coordination des interventions en santé communautaire conformément à la nouvelle politique nationale de la santé communautaire.

Au dire de la GIZ, plusieurs réunions ont été organisées au niveau national et régional afin d’harmoniser les différentes interventions. Ces réunions constituent un espace d’échange entre les partenaires impliqués dans la santé de la reproduction (SR) et la santé à base communautaire (SBC).

La rencontre de Coyah a pour objectif de Renforcer le cadre de concertation et la synergie entre les acteurs intervenants dans le domaine de la santé reproductive et les services à base communautaire dans la région de Kindia. Elle permettra aussi de faire un état des lieux sur la mise en œuvre de la nouvelle politique de santé communautaire, en particulier dans les communes de convergences, à l’Identification des facteurs liés à la faible utilisation des services de la SR (PF(CAP), CPN, accouchement Assisté (Utilisation du Partogramme, IST/VIH, MGF, VB). d’une part et Identifieras les difficultés rencontrées dans la mise en œuvre des activités (SR et SBC) et les approches de solutions.

Elle donnera aussi l’occasion aux partenaires de présenter leurs activités réalisées pendant les trois mois passés et à la présentation des perspectives pour le prochain trimestre.

Au cours de la rencontre le formateur a largement donné des informations sur la vision de la politique nationale de la santé, une vision qui est reposer sur la volonté de voir la population des collectivités locale en bonne santé et aptes à être économiquement et socialement productifs.

Dans sa présentation Mr Traoré Sékou conseiller technique de la GIZ en santé de la reproduction et de la famille à présenter les objectifs du plan stratégique de la santé communautaire 2018-2022. Selon lui ce plan se fixe comme objectifs Accroître la disponibilité, l’utilisation et la performance de l’offre de services de santé communautaire de qualité d’ici à fin 2022, renforcer la participation des communautés locales et des collectivités territoriales au développement de la santé communautaire et surtout développer la gouvernance, le leadership et les capacités de gestion de la santé communautaire à tous les niveaux d’ici à 2022

Il a par la même occasion rappeler aux participants le Rôles et la responsabilité de chacun des acteurs dans la mise en œuvre réussi de la Santé Communautaire et cela de la commune, au centre de santé en passant par la direction préfectorale de la santé et de la direction Régionale de la Santé en vue d’une bonne amélioration de service

Au niveau de chaque point cité à savoir les communes, les centre de santé, des directions préfectorales et régionales de santé Mr Traore à rappeler le rôle et la responsabilité de chacun  en se termes : s’assurer du niveau d’implication de la communauté (leaders, chefs coutumiers, religieux, femmes, jeunes et autres leaders d’opinion) dans le choix des agents communautaires et la mise en œuvre des activités au niveau communautaire ; Evaluation du niveau d’implication des communautés (leaders, chefs coutumiers, religieux, femmes, jeunes et autres leaders d’opinion) dans la planification et la mise en œuvre des activités des centres, PS, ASC et RECO, notamment les stratégies avancées, les campagnes de vaccination, Servir d’appui conseil aux communes dans l’identification des problèmes de santé, la planification, la mise en œuvre et l’évaluation des programmes de santé au niveau local; Intégrer les postes de santé dans la mise en œuvre des activités majeures telles que la vaccination et les consultations prénatales en suivant la carte sanitaire.

Mais tout ceci ne pourras se réaliseras que si nous acceptons de rendre effective et opérationnelle les centres de santé, qui favoriserais l’accès universel à des services de santé de proximité et de qualité couvrant les aspects promotionnels, préventifs, curatifs et réadaptatifs avec leur pleine responsabilisation.

Les participants aussi la présentation de la Directrice du plan international de Coyah, Mme Keita Djenabou Youla sur le projet sauvons les filles des mutilations Génitales féminines (excision) qui seras exécuter sur une durée de 36 mois (Aout 2018 – Septembre 2021).

L’objectif de ce projet selon Mme la Directrice est Contribuer a l’accélération de l’abandon des mutilations génitales féminines/ excision (MGF/E) et à l’amélioration du bien-être des femmes/filles concernées par cette pratique dans la zone couverte par le projet et surtout accélérer l’abandon de la pratique des MGF/E dans 80   districts de 10 communes des préfectures de Kissidougou, Guéckédou et de Coyah à travers des plaidoyer et sensibilisation, renforcement des capacités, mobilisation sociale pour le changement de comportement et attitude des communautés.

Les participants ont au terme de la rencontre remercié Direction Régionale de la Santé (DRS) de Kindia pour l’organisation de cette grande rencontre du donner et e recevoir et surtout qui est venue au point nommé grâce à sa pertinence et la GIZ (l’agence allemande de coopération internationale pour le développement), pour l’appui financier et technique sans laquelle cette rencontre n’allait pas voir le jour.

Au terme de la rencontre le directeur régional de la santé de Kindia , Dr Antoine Zoumanigui à lancer un appel aux participants à une prise de conscience sur ce que chacun de nous dois faire en vue d’une bonne valorisation de nos centre de santé.

Kadiatou Thierno Diallo