Photo de famille lors de l'atelier de validation du plan stratégique nationale pour la promotion de l'abandon des MGF
Photo de famille lors de l'atelier de validation du plan stratégique nationale pour la promotion de l'abandon des MGF

L’atelier de validation du plan stratégique national Revise pour la promotion de l’abandon des mutilations génitales féminine (MGF) 2019-2023 a eu lieu mercredi 17 avril 2019 dans un réceptif hôtelier de Conakry.

Organisée par le ministère de l’action sociale, de la promotion féminine et de l’enfance, le lancement de cette rencontre a connu la participation du représentant du système des nations unies, le secrétaire des affaires religieuses, l’OIM, Plan international, UNICEF, des ONG de défenses des violences faites aux femmes, représentant de l’ambassadeur des Etas-Unis et des cadres du ministère de l’action sociale, de la promotion féminine et de l’enfance.

A l’occasion de la cérémonie d’ouverture de l’atelier de validation du plan stratégique nationale pour la promotion de l’abandon des mutilations génitales féminine (MGF) à l’horizon 2019-2023, la ministre de l’action sociale, de la promotion féminine et de l’enfance a d’abord remercié tous les partenaires impliqués dans la lutte contre les violences faites aux femmes.

« Je voudrais à cette heureuse occasion saluer la présence des ministres sectoriels et exprimer ma totale reconnaissance au département initiateur pour nous avoir associé à cette cérémonie. Aux institutions partenaires de la Guinée (Agence du système des Nations-Unies, représentations diplomatiques, ONG nationales et internationales) de trouver l’expression de nos sentiments de reconnaissance pour leur soutien constant en faveur de l’amélioration des conditions de vie des femmes de Guinée », a indiqué Mariama Sylla.

En terme d’objectifs, le présent atelier permettra à coût sûr aux participants venus de plusieurs secteurs de valider un document stratégique sur une thématique récurrente qui constitue plus que jamais une préoccupation nationale, parce que poursuit la ministre, « elle touche à la santé et à la dignité des jeunes fille, futures mères de notre pays, qui touche à la santé et à la permanence de notre nation ».

Plus loin, Mariama Sylla a fait savoir que les échanges de bonnes pratiques au cours de la présente session aideront sans doute à aller à l’échelle dans le processus d’abandon d’une pratique certe, profondément ancrée dans les mœurs et coutumes.

Ibrahima Sory BARRY pour aminata.com

Tel: (+224) 656 77 52 34