Conakry : ouverture de la 7ème réunion du comité de pilotage du projet de renforcement de la lutte contre le blanchiment en Afrique de l’Ouest

Photo de famille-7ème session GIABA-Hôtel Promus Kaloum
Photo de famille-7ème session GIABA-Hôtel Promus Kaloum

Le groupe intergouvernemental d’Action contre le Blanchiment d’Action en Afrique de l’Ouest (GIABA) et l’Union Européenne (UE) a organisé, ce mercredi 15 mai 2019 dans un réceptif hôtelier de Conakry, la 7ème réunion du comité de pilotage du projet « Renforcement de la lutte contre le blanchiment de capitaux en Afrique de l’Ouest ».

Cette rencontre s’est tenue en marge de la 31ème réunion plénière de la Commission Technique de GIABA. C’est une occasion que les parties prenantes fassent le point de la mise en œuvre du projet et de convenir du plan de travail pour les prochains mois.

Dans son intervention, le directeur général de GIABA est revenu sur l’objectif de cette rencontre. « Dans cette mission, l’Union Européenne a accepté de nous accompagner pour mettre des mécanismes en vue de traiter avec efficacité le blanchiment de capitaux pour le financement du terrorisme. Donc la présente réunion, dans le cadre de ce projet a pour objectif de mesurer les résultats qui ont été réalisé dans la mise en œuvre et de tirer des leçons pour que le nouveau projet qui a commencé puisse atteindre un tôt d’exécution plus élevé », a déclaré Kimelabalou Aba.

Financé par l’Union Européenne, le coordinateur projets régionaux de sécurité a indiqué les motivations de son institution à appuyer ce projet dans le cadre de la sécurité des citoyens d’Afrique de l’ouest. « L’Union Européenne prise avec ses 28 Etats membres est le plus gros contributeur d’aide publique au développement au monde. Evidemment, il ne peut y avoir de développement sans sécurité. L’Union Européenne dès lors a décidé d’investir beaucoup de ses financements notamment dans la région d’Afrique de l’ouest qui connait beaucoup de problèmes de sécurité que ça soit de crime organisé, de terrorisme ou d’autres pour financer des projets dans le domaine de la sécurité », a indiqué Antoine Gouzée de Harven.

Poursuivant, il a précisé que l’un des points commun de ces projets, c’est la nécessité de lutter contre le blanchiment d’argent puisse que les trafiquants, les criminels et les terroristes ont besoin de financement pour commettre leurs actes et l’objectif de leurs actes, c’est évidemment d’obtenir de l’argent. « Donc, il faut évidemment pouvoir lutter pour essayer de les empêcher de bénéficier de cet argent qui serait blanchi pour pouvoir financer leurs activités. Donc, la lutte contre le blanchiment d’argent est un petit peu ciblé, l’objectif c’est la lutte contre la criminalité organisée, la corruption, est d’autres types de criminalités », a-t-il précisé avant d’ajouter: « nous avons eu plusieurs projets, c’est une coopération qui s’inscrit dans la durée avec l’Afrique de l’ouest ».

Cette organisation a d’autres projets qu'elle a financé qui interviennent à différents niveau mais au niveau régional, selon le coordinateur projets régionaux de sécurité, ils ont eu trois projets, le premier a démarré en 2009 qui s’est terminé en 2013. Ils ont ce projet actuel, lui qui se termine maintenant et qui a démarré en 2014. Ils ont aussi un nouveau projet qui lui va démarrer pour les 4 prochaines années avec un budget total de 8 millions d’Euro.

Ibrahima Sory BARRY pour Aminata.com