EconomieInternational

COMMUNIQUE DE PRESSE:La coopération est essentielle à la réalisation des idéaux de l’Afrique, selon les participants à la conférence commerciale intra-africaine

 
 
Au cours de la séance consacrée à la promotion d’un monde durable, les panélistes ont convenu que la durabilité n’était plus du ressort de la recherche
Accéder au contenu multimédia
JOHANNESBURG, Afrique du Sud, 17 septembre 2021/ — La conférence virtuelle 2021 « Shaping a World of Trust« , organisée par Bureau Veritas (www.BureauVeritas.com), a souligné la nécessité d’une collaboration entre les gouvernements, les entreprises et les clients si l’Afrique veut atteindre les objectifs de durabilité, garantir la sécurité alimentaire, se protéger contre la cybersécurité et améliorer le commerce intra-africain.

Au cours de la séance consacrée à la promotion d’un monde durable, les panélistes ont convenu que la durabilité n’était plus du ressort de la recherche. Le changement climatique étant désormais une réalité, c’est devenu l’affaire de tous, des consommateurs aux entreprises, en passant par les investisseurs et les gouvernements.

Les bonnes intentions des entreprises en matière de durabilité ne sont plus suffisantes. Elles doivent être en mesure de prouver qu’elles passent de la parole aux actes, et cela se fait par le biais de la certification, a déclaré Marc Roussel, premier vice-président de Bureau Veritas (BV) Afrique. Il précise que BV, une entreprise mondiale d’essais, d’inspection et de certification, aide ses clients à évaluer leur impact environnemental tout au long de leur chaîne d’approvisionnement.

Sur le continent, la durabilité doit inclure l’inclusion afin que chacun joue un rôle dans la réinvention de l’avenir. Les entreprises doivent valoriser les bons comportements et les initiatives des employés, qui sont aussi des citoyens et qui portent le message de la durabilité aux autres, déclare Jean-Claude Lasserre, PDG Afrique de Saint-Gobain, un leader mondial de l’habitat et de la construction.

Le directeur général de l’Autorité de régulation de l’énergie et du pétrole (EPRA) du Kenya, Daniel Kiptoo, a fait remarquer que le secteur privé était beaucoup plus agile dans la recherche et la mise en œuvre de nouveaux concepts d’énergie durable, même s’il doit travailler en collaboration avec les gouvernements. « Les entités privées ont besoin de la bonne volonté politique indispensable pour soutenir les innovations dans le secteur privé »,

Marc Roussel indique que les objectifs durables peuvent être atteints au sein d’une organisation en définissant l’objectif idéal et les différents niveaux de participation afin que chacun comprenne clairement ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas ; et que chacun, des employés aux clients, puisse jouer son rôle.

Bureau Veritas a également travaillé en étroite collaboration avec des concepteurs de solutions vertes innovantes, pour lesquelles des essais et une approbation de conception par une tierce partie étaient nécessaires comme première étape pour éliminer autant que possible les risques et les erreurs à long terme. Un exemple en est la récente publication d’une approbation de principe pour une nouvelle plateforme solaire flottante offshore.

Atténuation des risques pour les entreprises – Guerre contre les cybercriminels

« Avec une augmentation de 350% des attaques par ransomware au cours de l’année écoulée, ainsi qu’une augmentation du phishing et de l’ingénierie sociale, il est nécessaire que chacun comprenne les risques liés à la cybersécurité », estime Clayton Kyd, BV head IT & IS Africa, Bureau Veritas. Amit Roy, Responsable de la division Cybersécurité d’Atos pour le Moyen-Orient, la Turquie et l’Afrique, ajoute : « Le plus grand risque pour toutes les entreprises est de ne pas comprendre les risques cybernétiques, la gestion de la sécurité et d’avoir un plan de secours pour s’assurer que l’entreprise récupère rapidement après une cyberattaque. » M. Roy souligne que la convergence des technologies de l’information, de l’Internet des objets et de l’informatique dématérialisée accroît également la complexité de la cybersécurité et qu’il est essentiel de disposer d’un plan défini pour cette convergence.

Paradoxalement, pour que les entreprises puissent parler de la création d’un monde de confiance, elles doivent mettre en œuvre une stratégie de cybersécurité permettant de vérifier en permanence l’identité des utilisateurs. L’un des aspects de cette stratégie est la gestion de l’accès aux identités.

Obtenir le soutien et le budget nécessaires pour entreprendre une analyse des lacunes et mettre en place une stratégie et une formation pour prévenir et surmonter les cyber-attaques est toujours un problème.

Dans les grandes entreprises, cela peut être motivé par la quantification de la perte associée à un incident. Toutefois, dans les petites entreprises, une attaque informatique et la perte de la propriété intellectuelle peuvent signifier la fin de l’entreprise. Les petites entreprises devraient au moins mettre en place des contrôles et des équilibres fondamentaux et conserver une sauvegarde hors site. Des services d’abonnement pour surveiller et protéger les petites entreprises sont également disponibles.

Parmi les défis à relever en matière de cybersécurité, citons l’incapacité des entreprises à évaluer leurs vulnérabilités, le manque de sensibilisation à la cybersécurité et le manque d’éducation des utilisateurs et de compétences informatiques pour concevoir une stratégie de gestion des risques.

Bien que la cybersécurité soit l’affaire de tous, elle n’est pas traitée comme telle dans les entreprises. Ce n’est pas seulement une question de logiciel ou de matériel. Elle nécessite l’alignement des processus, des personnes et de la technologie, le contrôle de la gestion des accès et la résilience nécessaire pour se rétablir rapidement après une cyber-attaque.

Accord sur la zone de libre-échange continentale africaine

L’accord sur la zone de libre-échange continentale africaine (AfCFTA) porte sur l’élimination progressive des droits de douane sur 90 % des marchandises échangées entre les pays africains, l’élimination des barrières non tarifaires, la définition de règles d’origine et un accord sur la coopération douanière et les recours commerciaux.

Bien que l’accord présente un énorme potentiel d’augmentation du commerce intracontinental, qui passerait de 16 % actuellement à environ 60 %, il s’accompagne de défis qui nécessitent une volonté politique pour les surmonter.

Pour Babajide Sodipo, Directeur principal des relations et de la politique commerciale de l’Union africaine et de l’AfCTA  à Afrexim Bank, l’accord offre une telle opportunité de transformation pour le continent qu’il doit être mis en œuvre malgré les défis, qui incluent les barrières linguistiques et culturelles, les différents systèmes juridiques et le manque de capacité à comprendre et à mettre en œuvre l’accord commercial. L’AfCFTA n’est pas un outil magique. Il s’agit d’un accord juridique et les pays doivent assainir leur environnement commercial et accroître leur capacité de production pour qu’il fonctionne.

L’objectif de l’AfCTFA correspond clairement aux meilleures pratiques de l’Organisation mondiale du commerce et permettra d’harmoniser les règles et les normes dans les 37 pays signataires, explique Jean-Michel Perret, directeur des services gouvernementaux de Bureau Veritas pour l’Afrique australe.

Les partenariats entre le secteur public et le secteur privé pourraient aider les gouvernements à relever avec succès les défis de l’AfCTFA. Par exemple, la mise en place d’une plateforme à guichet unique permet d’automatiser, d’optimiser et de dématérialiser les processus douaniers, éliminant ainsi une grande partie des risques d’un système manuel.

Le défi pour les industriels exportateurs en Afrique réside dans les normes, la qualité et la productivité, ainsi que dans le fait de surmonter les barrières linguistiques, a déclaré Florence Muleya, directrice générale de la Zambian Association of Manufacturers. Si l’AfCFTA présente un énorme potentiel pour les industriels zambiens, le diable se cache dans les détails. La réalisation des idéaux de l’accord nécessitera une coopération, les grandes entreprises aidant les plus petites à surmonter leurs difficultés.

Pour parvenir à un meilleur commerce intra-africain, les industriels doivent d’abord comprendre les réglementations du pays d’exportation et ensuite trouver le bon prestataire de services avec un réseau à travers le continent qui peut gérer non seulement la logistique mais aussi les réglementations ou les règles spécifiques à chaque pays, et les différentes langues, comme le français, explique Emmanuel Zanino, directeur général de Zalawi White Horse Carriers, Groupe Bolloré.

Kuseni Dlamini, président de Massmart Holdings, une entreprise panafricaine de vente au détail, s’est montré optimiste quant à l’accord. L’Afrique a l’occasion d’apprendre des autres blocs commerciaux continentaux et pourrait devenir un premier bloc régional mondial. Il a souligné qu’il était impératif pour les entreprises d’investir dans la jeunesse africaine, car elle représente l’avenir des entreprises du continent.

Sécurité alimentaire

La collaboration entre un large éventail de parties prenantes des secteurs public et privé, y compris celles représentant les consommateurs, a été un élément clé du fonctionnement de l’Initiative pour la sécurité alimentaire (ISA) : Consumer Goods Council of SA.

La FSI collabore étroitement avec les autorités nationales compétentes, les parties prenantes et les experts afin de fournir des conseils scientifiques objectifs et indépendants, ainsi qu’une assistance en matière de législation. Elle se consacre à la promotion de la sécurité, de la fabrication, de l’importation, du marketing et de la vente responsable des aliments et des boissons (alcoolisées et non alcoolisées).

Soulignant les succès de la FSI grâce à la collaboration, le directeur de la FSI, Matlou Setati, a indiqué que la mise en œuvre de la réglementation sur la réduction du sel du ministère de la santé a permis aux industriels de travailler ensemble et de partager la recherche pour atténuer et résoudre les obstacles à la mise en œuvre.

Malgré les bonnes intentions de la réglementation pour améliorer la santé et la nutrition de la population, la qualité et l’intégrité des produits ont été affectées au cours de la production et la CGCSA a dû demander des extensions de délai pour s’assurer que les reformulations des produits répondent aux normes de sécurité et de qualité et satisfassent les clients.

Un autre défi était l’alignement des essais de sodium entre les laboratoires privés et gouvernementaux. À la suite de discussions collaboratives, l’Institut national de métrologie de l’Afrique du Sud a fourni la solution par le biais d’essais d’aptitude. Tous les laboratoires concernés et le ministère de la santé ont pris part aux essais d’aptitude, ce qui a permis de garantir l’alignement, la crédibilité et la confiance, déclare M. Setati.

Les PMI du secteur alimentaire ont de « grands obstacles à franchir » et ont besoin de beaucoup d’aide pour respecter les différentes réglementations. Par exemple, lors d’un programme de renforcement des compétences des PMI pour la CGCSA en partenariat avec le Wholesale and Retail Sector Seta, ils ont découvert qu’une PMI produisant du jus de fruit ne pouvait pas obtenir un certificat d’acceptabilité. Cette PME n’utilise pas ou ne possède pas de machines et doit pourtant travailler sur les processus et les procédures de nettoyage, de lutte contre les parasites, etc.

L’aide à la création de PME dans le secteur est une autre opportunité pour le secteur et il est impératif pour tous les acteurs de la chaîne de valeur de travailler ensemble pour soutenir les PME – auditeurs, organismes de certification, consultants et le régulateur. Le renforcement des capacités des PMME a un impact positif sur l’impératif économique de création d’emplois en Afrique du Sud, conclut Setati.

Pour plus de détails et d’informations sur la conférence « Shaping a World of Trust : Une discussion d’affaires, consultez le site https://bit.ly/3tPErFL

Distribué par APO Group pour Bureau Veritas.

Publié Par : Assegai & Javelin
Pour : Bureau Veritas

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :
Seseselelo MATLAPENG
+27 78 451 5331
seseselelo.matlapeng@bureauveritas.com

Sal GOVENDER
+27 83 642 6393
sal.govender@bureauveritas.com

SOURCE
Bureau Veritas

Ajouter APO à la liste des expéditeurs fiables / Politique de confidentialité / Se désabonner / Mettre à jour mes préférences

Distributed by :

 

A LIRE =>  République du Mali: La traque des bien mal acquis à démarré
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »
Enable Notifications    OK No thanks