orangeguinee > guicopresse

UBA Guinée

Kadiatou Bah réaffirme qu'elle est la secrétaire générale du Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG)
Kadiatou Bah réaffirme qu'elle est la secrétaire générale du Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG)

CIT/Genève : les précisions de Kadiatou Bah sur la représentation de l’USTG

Il semblerait que ce n’est pas tous les participants guinéens à la Conférence Internationale du Travail (CIT), déroulée du 09 au 24 juin dernier à Genève qui ont été officiellement invités de façon respectueuse. Au cas de l’Union Syndicale des Travailleurs de Guinée (USTG) où règne actuellement un problème interne de leadership, tous les deux camps étaient représentés à cette activité à dimension internationale. Il s’agit du camp d’Abdoulaye Camara, élu à l’issue du congrès de Mamou et Abdoulaye Sow, élu à l’issue du congrès au palais du peuple de Conakry.

Pour avoir plus de précisions sur la représentation de ces deux camps dans un même événement, notre rédaction a rencontré ce mardi Mme Diallo Kadiatou Bah, membre du bureau exécutif de l’USTG, version Abdoulaye Camara qui est de retour à Conakry.

« Nous avons effectué cette mission à Genève parce que cette fois-ci c’était une occasion depuis 1919, la conférence internationale du travail existe au niveau du BIT. Donc, cette année, c’était le centenaire de cette conférence. Tous les pays du monde ont eu leur représentant au niveau du BIT. Donc, nous sommes allés dans ce cadre », a-t-elle indiqué.

Pour participer à cette conférence, Kadiatou Bah a précisé : « il faut absolument que des invitations soient données aux déférents affiliés, que ça soit au niveau des fédérations affiliées ou que ça soit au niveau de la Confédération Syndicale Internationale (CSI) Afrique ou internationale. Donc, on a été belle et bien invité ».

A LIRE =>  Guinée Compte Rendu de la rencontre avec l’ambassadeur de la Turquie

Poursuivant, elle a eu détaillé : « par exemple sur ma modeste personne, moi j’ai eu l’invitation de l’international de l’éducation qui a demandé à ce qu’un des membres de notre organisation SLECG puisse faire le déplacement mais sur notre propre financement pour aller participer à cette conférence parce qu’en prélude de la conférence, nous avions toujours eu des réunions parallèles où chaque fédération parle de ses problèmes internes. Au BIT, j’ai eu la chance de participer aux réunions d l’UE jusqu’où nous avions eu à parler des préparatifs du congrès mondial du l’international de l’éducation qui doit se tenir du 17 au 27 juillet 2019 ».

Contrairement aux années précédentes, le gouvernement guinéen a décidé de faire partir à son compte à cette activité qu’une partie de l’inter-central syndical : « c’est le gouvernement qui a l’habitude d’inviter les missionnaires au niveau du BIT parce que c’est une mission conjointe. Nous avons les représentants du patronat,  du gouvernement et les représentants du mouvement syndical guinéen à savoir l’inter-central syndical, la CNTG et l’USTG parce que c’est sont ces deux structures qui sont les plus représentatives.  Mais cette année, le gouvernement n’a pas invité l’USTG, parce que pour eux, il y a deux factions de l’USTG jusqu’à ce que la justice se prononce. C’est ce qui a fait que cette fois-ci, c’est la CNTG seulement qui a été invitée par le gouvernement. Mais nous avions été invités par nos organisations affiliées. Par exemple, je veux parler de l’international de l’éducation qui m’a invité et l’OUSA qui a invité nos autres camarades. Il y a aussi des fédérations qui invitent comme l’UNI qui invite les camarades qui sont affiliés à leur organisation, à savoir les banques et assurances, les téléphonies, nous avons l’UTF du domaine de transport aussi qui a invité leurs fédérations affiliées. Au niveau du BIT, il y a aussi des ONG qui invitent des gans d’aller soit au compte de la société civile ou au compte des associations, donc voilà comment on peut avoir accès à la Conférence Internationale du Travail », a-t-elle précisé.

A LIRE =>  extrait politique générale du gouvernement

Par ailleurs, l’autre camp de l’USTG, version Abdoulaye Sow, dont leur représentation reste critiquée par l’autre camp d’Abdoulaye Camara, par la voix du secrétaire général adjoint, Aboubacar Soumah du SLECG, ils ont été bien reçus.

Ibrahima Sory BARRY pour Aminata.com

Tel : (+224) 656 77 52 34

Share and Enjoy !

Shares

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »