Cellou Dalein Diallo, président de l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG)
Cellou Dalein Diallo, président de l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG)

En Guinée, le débat politique continu a gagné le terrain. Des critiques entre le parti au pouvoir et l’opposition ne cessent de verser des salives. En marge de la réunion hebdomadaire de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) de ce samedi 8 juin 2019, Cellou Dalein Diallo a dénoncé le non-respect des engagements du chef de l’Etat particulièrement sur l’installation des conseils régionaux et des chefs de quartier.

Concernant cette question, selon le leader de l’UFDG, ce n’est pas une revendication de l’UFDG, c’est la loi qui a prévu que 15 jours après l’installation des maires et de ses adjoins, les conseils de quartiers et les chefs de quartiers doivent être installés.

« La loi a précisé sur quelle base, suivant quelle procédure et suivant quelle règle. Alpha Condé a fait le bilan, il s’est rendu compte qu’il perd tous les quartiers qu’il contrôle actuellement et que l’UFDG particulièrement prend de la force en contrôlant 78 sur 128 à Conakry, il dit ce n’est pas faisable, la loi, il s’en fous. Il dit non, la loi ne sera pas appliquée avec l’arrogance qu’on connait. Ses cadres montrent dans les médias, on n’applique pas la loi, c’est compliqué », a-t-il dénoncé.

Poursuivant son intervention, le chef de file l’opposition est revenue sur l’accord concernant l’organisation des élections communales. « On avait dit que le code électoral est compliqué, il n’est pas du tout compliqué. On a dit qu’on fait une élection, on ne fait pas l’élection des quartiers, on fait élection des communes mais on fait le découpage par quartier pour qu’on est le résultat par quartier et par district. Mais comme lorsque l’application de la loi défaire les intérêts du parti au pouvoir, comme il a le pouvoir, il décide de ne pas appliquer. Nous avons le devoir d’exiger l’application des lois de la république », a précisé Cellou Dalein Diallo.

Plus loin, il a invité ses militants à être prêt pour exiger l’application de la loi en Guinée. « Si la loi n’est pas bonne, on la changera, en attendant c’est la loi, elle doit être appliquée. Il faut que vous soyez prêts pour exiger par la voix efficace, il y a une seule loi efficace malheureusement avec Alpha Condé, c’est la rue. Nous avons écrit au premier ministre pour attirer son attention sur le refus du gouvernement de ne pas appliquer cette disposition de la loi, il nous a répondu en disant qu’il a pris bonne note, qu’il prend les dispositions pour instruire d’appliquer. Ça fait plus de deux mois, on ne voit pas un début d’application », a-t-il ajouté.

L’ancien premier, en continuant ses explications s’est contredit entre 15 jours et 60 jours après l’installation des maires pour installer les conseils de quartier et régionaux : « nous avons des conseils régionaux qui devraient être mis en place 60 jours après l’installation des maires et de ses adjoins. Mais comme ils ont fait le calcul, ils ont vu que l’UFDG va prendre la majorité des conseils régionaux, on n’applique pas la loi, on s’en fout de la loi », a-t-il accusé le parti au pouvoir.

Pour Cellou Dalein Diallo, la Guinée est un pays où la loi n’est appliquée que lorsqu’elle sert à ceux qui sont chargés de l’appliquer. « Alpha Condé qui a prêté de respecter la constitution et les lois de la république et de les faire respecter, il trahi ainsi son serment et commet un parjure parce que la loi, il l’a fait appliquer que lorsque il en tire des bénéfices et des avantages. Nous sommes dans un pays particulier, une république bananière où c’est la volonté d’un homme qui fait la loi, ce n’est la constitution ni les lois de la république », a-t-il dénoncé.

Ibrahima Sory BARRY pour Aminata.com