Cellou Dalein à propos de l’assassinat des trois jeunes

Cellou Dalein Diallo, président de l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG)
Cellou Dalein Diallo, président de l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG)

Depuis près de 10 ans, la Guinée continue a enregistré des morts lors des manifestations sociopolitiques. De nos jours, le nombre s’élève à 122 jeunes selon le chef de file de l’opposition guinéenne.

S’expriment sur la marche du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) du jeudi 14 novembre, Cellou Dalein Diallo s’est d’abord réjoui de la mobilisation des guinéens, pour s’opposer à l’idée d’une nouvelle constitution permettant au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat.

Selon lui, il faut féliciter les citoyens qui se sont mobilisés pour participer à cette manifestation. « Il ne faut pas oublier que participer à une manifestation sous le règne d’Alpha Condé équivaut à un risque d’être tué, de ne pas rentrer chez soi. Cela est très claire », a-t-il déclaré.

Poursuivant son intervention, il a fait le dénombre au total « 122 jeunes, âgés de moins de 25 ans pour la plupart, qui ont été arrachés à l’affection de leurs familles », a dénoncé le président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée.

Pour lui, depuis l’arrivée d’Alpha Condé au pouvoir, « ils (manifestants) ont été tués à bout portant lors des manifestations dans le pays»

Ibrahima Sory BARRY pour Aminata.com