Célébration de la proclamation d’indépendance : Entre volonté de communier et manque d’organisation

Dépôt de gerbes de fleurs à la place de martyr de Labé lors de la célébration de la fête de l''indépendance
Dépôt de gerbes de fleurs à la place de martyr de Labé lors de la célébration de la fête de l''indépendance

La célébration de la proclamation d’indépendance de notre pays s’est bel et bien tenue à Labé ce deux octobre deux mille dix neuf ave une pluie qui s’est abattue sur la ville quelques minutes avant l’heure indiquée pour la célébration officielle.

Cette invitation surprise a fait s’abriter les gens à la tribune du stade El hadj Saifoulaye Diallo et même les militaires ont pour la circonstance rompue les rangs.

Quand la pluie a baissé d’intensité, les rangs ont été reformés et à 10 h 58, les officiels se sont présentés. Le gouverneur Madifing Diané, de blanc vêtu suivi du préfet Safioulaye Bah et de quelques membres de leur cabinet ont passé en revue les troupes massées sur l’esplanade du palais de la Kolima.

Puis, la délégation s’est dirigée vers la place des martyrs pour le dépôt de la gerbe de fleurs, moment chargé d’émotion pendant lequel le gouverneur de région s’est recueilli et adressé une prière aux martyrs.

A la fin de cet exercice, la pluie qui avait marqué une pause a repris de plus belle obligeant la foule et les officiels à rejoindre la tribune du stade pour les discours officiels.

A l’entame des discours, il n’y avait plus de sonorisation, la COSAMOUV ayant retiré ses appareils pour un malentendu survenu en dernière minute et faute de mieux, c’est un mégaphone qui a été utilisé pour l’adresse des autorités.

Conséquence, le maire qui a été le premier à se prêter au jeu des discours a été hué par la foule qui n’entendait un traitre mot de ce qu’il disait.

Pour l’essence de son discours, Mamadou Aliou Laly Diallo a rappelé que parmi les héros de l’indépendance, il y avait un natif de la région El hadj Saifoulaye Diallo dont l’apport dans le processus d’indépendance est sans équivoque.

Puis sous les mêmes huées, le gouverneur Madifing Diané a tenu son discours dont l’essence  était que les jeunes devaient avoir la discipline de ceux des années 50, discipline qui a été à l’avant-garde de l’indépendance que nous célébrons.

Une chose à signaler l’organisation de la fête était teintée d’un amateurisme  et d’une improvisation  qui à la limite insultait le protocole e la bienséance.

Ousmane K. Tounkara