A LA UNECulture

Binta Laly Sow: la dernière puriste de la melodie pastorale

Fraîchement sortie de studio pour l’enregistrement d’ un album qui sert de pierre angulaire au projet « Un toit pour Binta » impulsé par le blogueur Alimou Sow et une poignée de jeunes, Binta Laly Sow, la duchesse de la musique pastorale du Fouta Djallon, invitée de RFI fulfude ce dimanche s’est livrée  grandeur nature.
La voix détendue et enthousiaste, la cantatrice a rappelé ses débuts dans les champs à l’occasion de cultures collectives à l’époque de Yacine Diallo.
Son éclosion a charmé un vieux griot qui a intercedé au près de son père  reticent à la voir prendre le chemin de la passion mais qui s’y resignera en traçant une ligne de conduite à sa fille.
mariée et veuve puis remariée pas un de ses 4 garçons n’a duré sur terre mais en lieu et place elle a investi cet amour qu’elle réservait aux siens sur des enfants adoptés.
À 77 ans, Binta Laly Sow a dans les bacs 12 albums et bien qu’elle est l’aînée de bien d’artistes reconnus et hissés au rang de patrimoine national par l’ancien président Alpha Condé qui leur versait 5 millions à ce titre, Binta a royalement été  laissée pour compte.Elle espère que les autorités de la transition sauront réparer ce tort.
Binta avoue qu’elle n’écrit  pas ses chansons et estime que les muses lui viennent simplement hormis quelques mots que le manager pousserait pour les besoins d’un album par exemple.
Pieuse, elle est reconnaissante à  Dieu pour sa santé et nourrit peu de regrets, préférant laisser Dieu pousser les pions de son échiquier.
La duchesse du Fouta se définit  comme une senior qui fait bouger les juniors.
De sa classe d’âge elle est consciente d’être la dernière en activité mais elle estime s’en remettre pour la suite à Dieu.
Monoglote, le pular est la seule langue dans laquelle, elle communique.
À la question de savoir si elle fait encore de la scène, la réponse de la duchesse est oui estimant qu’il lui arrive aussi de suivre les concerts en simple spectatrice.
De ses rapports avec les autres artistes, elle estime que le lien est chaleureux et qu’elle bénéficie du respect et de l’attention  de tous.
Binta Laly Sow n’a pas manqué de signifier sa gratitude à  des artistes  comme Baba Maal pour l’attention à son endroit et Soul Bangs qui a promis de lui apporter du soutien pour l’aider à sécuriser ses vieux jours.
Elle a aussi exhorté les mécènes hésitants  et toutes les bonne volontés à épauler l’équipe réunit autour du projet, un toit pour Binta.
Déjà, les yeux sont tournés  sur le 12 mars date de la sortie du nouvel opus de la duchesse de la musique pastorale.
À noter que loin de la perversion contenue dans bien de chansons du registre populaire pastoral de nos jours, les siennes sont mûres et empruntés de poésies et d’epoustouflantes figures de style et d’images de vie.Un délice dont jamais on ne se lasse.
Tkillah Tounkara
Tkillah Tounkara
A LIRE =>  Actualité guinéenne, résumé de la journée du samedi, 11 juin 2022
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »