Le Groupe ULTIMATUM a animé une conférence de presse ce vendredi 18 janvier 2019 à la maison de la presse de Conakry pour annoncer le retour de Manden Sound dans la musique urbaine.

A cette occasion, l’artiste Bill de Sam a exprimé son envie d’accompagner toute initiative allant dans le sens de la musique urbaine guinéenne (rap).

Par rapport à un possible retour dans le paysage culturel guinéen, l’artiste qui a marqué son temps vers fin des années 90 et début 2000 n’a pas manqué de souligner que : « si ça peut se traduire dans mon genre musical à travers ce groupe ultimatum,  je pense que « oui ». Mon retour en tant que tel physique sur scène pour l’instant « non » », a-t-il déclaré

Par compte, il dit être prêt à accompagner toute initiative qui va dans le sens de développer la musique urbaine (rap). Mais, surtout de revenir à la valeur essentielle.

Selon lui, le rap guinéen, doit  être le rap  des guinéens. Il ne doit être le rap des Français ou des Nigérians (…). « Je pense qu’après avoir abattu longtemps le travail avec d’autres groupes comme kill point, je pense que le rêve est en train de se matérialiser. Et, j’espère qu’avec ce groupe Ultimatum ça va avoir l’impact sur la conscience de la génération actuelle ».

Poursuivant, il a invité la jeunesse a écouté cet album ultimatum, « ces jeunes devraient écouter attentivement cet album ultimatum. Et, comprendre comment est-ce qu’on arrive à  faire du rap guinéen. Parce que faire du rap guinéen, ce n’est pas seulement de râper en Soussou, Malinké, peuls « non ». C’est surtout de donner un cachet particulier au rap. Quand un sénégalais, ivoirien, malien écoutent ce rap urbain identifie la Guinée dans sa globalité », a rappelé l’artiste Bill de Sam.

Ce rap se fera travers l’histoire vécu, la Géographie, la culture, aussi à travers nos instruments traditionnels avec intelligence.

Zézé Enema Guilavogui pour Aminata.com

zezeguilavogui661@gmail.com

Tel(+224) 622 34 45 42