Depuis quelques mois, le Syndicat Libres des Enseignants et Chercheurs de Guinée est divisé en deux parties. Il s’agit du SLECG version Aboubacar Soumah et celui de Kadiatou Bah, la remplaçante de Sy Savané qui a épuisé son mandat. Mercredi dernier, le siège de ce mouvement syndical a été attaqué par les membres de la secrétaire générale version Sy Savané dans le but de le récupérer  dans les mains d’Aboubacar Soumah qui selon elle, est illégalement élu secrétaire général.

En conférence de presse jeudi 09 août 2018 à la maison de la presse de Conakry, Kadiatou Bah  a répondu aux accusations portées contre elle.

Selon elle, le syndicaliste Aboubacar Soumah occupe d’illégalement le siège du SLECG. « Ils ont cassé les portes, les cadenas pour s’introduire dans le bureau du trésorier où ils ont volé des cartes de membres. Ils ont pris nos textes juridiques ainsi que le règlement intérieur qu’ils ont falsifié à leur guise ».

Plus loin, elle a souligné qu’une plainte a été portée contre Aboubacar Soumah et son équipe. Estimant que la justice a été lente avant de trancher à qui le droit, ils ont jugé nécessaire de réagir.

Pour elle, quand le syndicaliste Soumah a été convoqué avec son équipe, ils ont demandé aux enseignants d’abandonner les cours et de se rendre au tribunal. Elle s’attendait à une relance du dossier après les examens nationaux pour mettre fin à la crise de leadership qui mine le syndicat des enseignants.

« Ils sont en train d’utiliser le siège. Nous aussi, nous avons des activités à réaliser. Il nous faut le siège. C’est pourquoi, nous sommes allés l’ouvrir », assume-t-elle avant de continuer en rappelant que : « le SLECG, c’est notre maison. On avait trop attendus », a-t-elle insisté.

Ibrahima Sory BARRY pour Aminata.com

Tel : (+224) 656 77 52 34

 

PARTAGER