Accueil A LA UNE Amadou Oury Barry: «l’état civil de Labé est le mieux...

Amadou Oury Barry: «l’état civil de Labé est le mieux géré du pays »

Alors  que  le  médecin  légiste de service  à l’hôpital  central de  Labé avait  jeté  un  pavé  dans la mare  en dénonçant l’obtention frauduleuse du  certificat  prénuptial  et  les  risques  qui découlent de  l’attribution fantaisiste du précieux  document  .
De  façon  formelle, le  jeune  légiste estimait  que de  la  multitude de mariage célébrés  en  2018 à Labé et  sachant  que ce  document  est ‘’obligatoire’’ pour  que  le  mariage soit  célébré  devant l’officier  de  l’état  civil seulement 13 couples  ont  obtenu e  document de  son  aval.
Invité de  l’émission  hallein fop  jeudi, Mr  Barry, l’officier  de  l’état  civil a  été confronté  à la  réalité  en cours à Labé. Selon lui  pour ce  premier  semestre 118 mariages ont  été  célébrés  à Labé.
Il  a certifié qu’aucun  couple  vivant  à  l’étranger ne  se marie  jamais par  procuration  à  Labé avant  de  dire  que  les  certificats  prénuptiaux  qu’il reçoit sont  tous  conformes  aux  prescriptions  légales même  s’il  avoue que  certains  couples viennent  avec  des  certificats  dûment  obtenus  à la  capitale  par  exemple. « certaines  personnes  viennent nous  faire  part  de  la  volonté de se  marier  légalement  mais  quant  on  exige  le  certificat  prénuptial  ils  partent  pour  ne  plus  revenir… »
Aussi Mr Barry a profité de l’aubaine pour  rappeler le  concours du  service  de  l’état  civil au  budget  communal en  ayant  réalisé un  recouvrement  de vingt sept  millions  de  francs  au  titre  de  l’année  2017.
Labé s’est  classé première  dans  la gestion de l’état  civil au  plan national s ‘est  enorgueilli l’officier  de  l’état civil  a  plan  de  l’enregistrement  des  naissances avant  de  produire des  chiffres.
Ayant pris  fonction  en  2013 il  estime  qu’à  cette  époque 2543 naissances  ont  été enregistrées  contre 2722 en 2014, 3073 en 2015, 4049 en 2017 et 1185 pour  le  premier  semestre  de  2018.
                                                                                                                               Ousmane K. Tounkara

AUCUN COMMENTAIRE