Amadou Bouré Sylla responsable  de  zone Sabou : « certains enfants reviennent  nous  dire  bonjour  après leur  réussite… »

Amadou Bouré Sylla, responsable de zone de l’ONG Sabou Guinée
Amadou Bouré Sylla, responsable de zone de l’ONG Sabou Guinée

Alors que  le  mois  de  juin  est  consacré à l’enfance, notre  rédaction s‘est  intéressé au  sort  des  enfants qui transitent  par  les  orphelinats  et  autres  pensions  sociales. En bon  responsable  de  zone de l’ONG Sabou Guinée, Sylla Amadou Bouré nous a  expliqué que  la  démarche  concernant le  suivi  des enfants en  situation difficile  dépend  des bailleurs. Les  uns  exigent qu  l’ONG attende les  référencements alors que  d’autres prônent une  descente  sur le terrain pour les  récupérer,  ce  qui se  fait  via  les  animateurs de  l’ONG.

Dans  le  lot  de ces  enfants en  situation d’abandon si l’exode  rural  est  bien  présent , Mr  Sylla lui voudrait  s’appesantir sur  les causes  les  plus  apparentes  telles  que  la  pauvreté :

« Beaucoup  d’enfants  quittent  volontairement les  familles  pour  venir  chercher  de  l’argent en  ville malgré  tout  leur  âge, malheureusement  certains  qui reçoivent  ces  enfants n’honorent  pas  les  engagements  pris au près  de leurs  parents…

Nous  allons  faire  la  recherche  des familles de  ces enfants qui  ne  vont  pas  rester  ici  éternellement, on  fit  en  sorte que  ces enfants  soient  ramenés  chez  eux et  émancipés  avec  des  projets  de  vie, par  exemple  corps  de  mécanique, menuiserie ; maçonnerie ou parfois  même  retour à l’école .

Nous  nous  voyons  avec les  parents, de  connivence  avec  eux, nous  appuyons  les  projets  de  ces vies là. Certains  d’entre  eux reviennent  même  jusqu’ ici  pour  nous  dire  bonjour  après  leur  réussite. »

Il  faut  noter que  le grand marché  de  Labé est  devenu  un  foyer  d’accueil à ciel  ouvert  où, de  jeunes garçons  sans  repères  se  donnent  rendez-vous  pour  faire  face   la  vie, vol à la  tire, assainissement  ou service  portefaix  sont  les  travaux  qui  leur  permettent  de  vivre dans cette jungle  urbaine, les  plus  chanceux  d’entre  eux  échouent  en  transit dans  des  centres  spécialisés.

Ousmane K. Tounkara