Ibrahima Sano, président du mouvement des patriotes pour l'alternance et le Salut lors de son discours à l'ENAM de Coléah
Ibrahima Sano, président du mouvement des patriotes pour l'alternance et le Salut lors de son discours à l'ENAM de Coléah

Le mouvement des patriotes pour l’alternance et le Salut a animé une conférence de presse lundi 29 avril 2019 à Conakry. Le thème de cette activité est “l’Alternance Démocratique en 2020”.

Selon le président de ce Mouvement, Ibrahima Sano, c’est un aveu d’échec que de refuser l’alternance. Quand on a réalisé ce qu’on s’est promis de faire, on laisse le temps aux autres d’être éprouvés par le pouvoir.

” Leur en empêcher de s’y éprouver et déclarer leurs incapacités à la place du peuple, c’est reconnaitre les insuffisances de sa propre gouvernance pour éviter que cela ne soit étalé sur la place publique, c’est aussi prendre le peuple pour un gros enfant qui ne sait pas décider. C’est cela l’irrespect”, a-t-il indiqué.

Poursuivant, il a qualifié à ceux qui disent qu’ils veulent ou non sont “des girouettes,. Ce Sont des véritables caméléons”,

Plus loin dans son intervention M. Sano a précisé que l’alternance est une obligation et non une nécessité et que la seule façon pour le président Alpha Condé d’être grandi, c’est de quitter le pouvoir en 2020.

“C’est cela, quand il quitte, il grandira et nous aura montré la bonne voie qu’il faut à suivre et que personne ne pourra s’écarter demain. S’il échoue pratiquement, ceux qui viendront vont tenter de faire la même chose. Donc c’est maintenant ou jamais”, a-t-il prévenu.

A cette occasion, il a ensuite dit: ” nous parlons de l’alternance. Ce qui est conforme à l’esprit de la constitution de 2010 qui la consacre. Pour nous, l’alternance est un moyen de la démocratie mais pas sa garantie. Ce moyen, pour conduire à plus d’avantages que d’inconvénients, a besoin qu’il s’appuie sur l’alternative crédible et sincère. Parler de l’alternance, c’est aussi parler de l’alternative. Cette alternance est une obligation et non une nécessité comme on l’a dit. Cette obligation est triple, c’est ce que nous expliquerons de notre exposé”.

Ibrahima Sory BARRY pour Aminata.com